Radio France : un plan social au nom du numérique !



Devant la presse, devant les instances représentant les salariés, et même devant les parlementaires, la Présidence de Radio France le répète : son plan RF 2022 est une mise en ordre de bataille pour un avenir numérique.
 
Interviewée par Le Monde ou Le Figaro, par exemple, Sibyle Veil précise que son projet vise à "la transformation numérique de Radio France". La PDG nous fait régulièrement passer pour des ringards, qui ne seraient plus dans le coup des nouveaux usages. 
 
Mais c’est oublier bien vite qu’au contraire, Radio France est montée, il y a déjà longtemps, sur la première marche du podium en terme de numérique.* Les derniers résultats d’audience numérique, au-delà des audiences radio qui sont excellentes, le démontrent une nouvelle fois.
 
Nous rejetons ce plan de départ, qui porte sur la suppression de 299 postes, mais en plus nous ne pouvons pas accepter que sa justification se trouve dans le numérique.
 
Oui, nous voulons faire plus et plus fort sur les nouveaux usages. Mais non, nous ne pouvons pas le faire sans les moyens humains et matériels dignes d’un service public fort et indépendant. Et ce sont justement les personnels chargés des podcasts natifs que la direction veut sacrifier.
 
Oui, nous faisons et voulons toujours faire du numérique, mais pas en dégradant encore les conditions de travail.
 
Oui, nous voulons faire encore plus de web, mais non, nous ne voulons pas sacrifier la radio linéaire. Nos auditeurs-contribuables nous le demandent.
 
 
*Quelques exemples
 
France Inter, radio la plus écoutée sur le numérique :
• 1 329 000 auditeurs quotidiens
• 41 millions de podcasts
• 37 millions de vidéos vues
 
France Culture :
31,4 millions d'écoutes à la demande
13,1 millions de visites tous supports
8,8 millions de vidéos vues
7,3 millions d'écoutes Live


25 Novembre 2019
Lu 727 fois




Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv