Projet stratégique 2022 : non au chantage de la direction



Au terme de deux jours de réunions en CSE central extraordinaire avec la direction de Radio France, qui présentait son "plan stratégique", et le volet social qui va avec, sur fond de baisse de dotation de l’État, nous ne savons toujours pas où va notre entreprise.

La direction aligne des chiffres au doigt mouillé, sans les détailler ; rien ne semble cohérent ou en phase avec la réalité des métiers et des équipes, sur le terrain. Impossible de comprendre où la direction veut aller, pourquoi et comment. Les craintes et questions des journalistes de Radio France sont donc toujours là.

Alors que les chiffres les plus invraisemblables circulent dans l'entreprise, alors que des salariés affolés demandent aux syndicats si leur poste est menacé, Sibyle Veil nous répond avec le plus grand cynisme qu'elle n'a nulle intention de nous donner le nombre de postes supprimés pour l'instant, pas même une fourchette.

25 millions d’euros d’économie de masse salariale en moins, c’est 285 postes en équivalents temps plein, tous métiers et statuts confondus (CDI et précaires) !

La seule chose qu'elle accepte de mettre sur la table, c'est le chantage : soit vous acceptez de dégrader vos conditions de travail (avec réforme des rythmes de travail, augmentation du temps de travail...), soit nous devrons supprimer plus d'emplois.

Nous ne pouvons pas accepter ce chantage

Non seulement la réduction du nombre de jours de congés et de RTT ne permettra que de microscopiques économies, sans commune mesure avec l’enjeu. Mais en plus il est question de supprimer les jours de récupération des jours fériés. Sans parler des réalités du métier : des journées à rallonge, des appels pour travailler n’importe quand, des horaires décalés, des jours fériés et des dimanches qui n’existent pas pour les journalistes. Dans des rédactions déjà à l’os, le numérique s’est ajouté à la radio.

Qu’il faille plus de moyens humains et matériels pour le numérique, c’est évident si Radio France veut rester en pointe dans ce domaine, mais pas à n’importe quel prix.

L’entreprise doit faire des économies ? Qu’elle commence par regarder du côté de l’encadrement qui n’a cessé de s’étoffer ces dernières années, avec les salaires élevés qui vont avec ! Qu’elle arrête de mobiliser de plus en plus de journalistes sur des missions postées très coûteuses, à France Info ou à France Bleu, où elle ne parle plus que de télé !


4 Juin 2019
Lu 1614 fois




Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv