Pour francebleu.fr, semaine blanche et grève à France Bleu



Pour francebleu.fr, semaine blanche et grève à France Bleu
Que sait-on de la plateforme numérique commune France Bleu/France 3 à dix jours de son lancement, annoncé depuis des mois pour le 31 mars ? Rien ou presque.

Rien sur l’organisation du travail (donc sur la charge induite).

Rien sur les arbitrages éditoriaux, l'exposition des sujets, leur éventuelle répartition entre les "partenaires".

Rien non plus sur les moyens humains et financiers de ce projet.

Rien sur l'appli, supposément disponible dans quelques jours, sauf un principe de  géolocalisation dont rien ne prouve la fiabilité.

En surface, tout ce "rien" ressemble à un caprice de la tutelle.

En profondeur, c'est bien plus grave. Ce projet s'inscrit dans le discours qui voudrait que les acteurs de l'audiovisuel public n'ont pas d'autre choix que de s'unir pour exister, qu'ils doivent "innover" avec moins de moyens et, bien sûr, qu'ils coûtent trop cher. Les résultats de Radio France, uniques en Europe sur l'antenne comme sur le numérique, prouvent quotidiennement que c'est faux.
 

Francebleu.fr, c’est nous !


Une seule chose est certaine : la direction a tiré un trait sur francebleu.fr, le site internet dont nous avons fait le succès, sans compter nos heures, sans moyens et sans compensations financière… et désormais sans aucun accord d’entreprise encadrant le numérique et les droits d’auteurs.

La direction avance sur son projet, comme si tout cela n’avait aucune importance. Comme si le « tous contributeurs » quasi bénévole ne suffisait pas. Dix ans de succès numériques, pour dix ans sans augmentations de salaires.

Après les matinales filmées, les rapprochements immobiliers, désormais la plateforme web commune ! Où s’arrêtera le rapprochement avec France 3 ?  

Il est grand temps de dire stop, et de poser claviers et micros, pour en finir avec le bénévolat qui nous épuise et nous fait perdre le sens du service public.
 

Mobilisation des rédactions


C’est pourquoi le SNJ invite tous les journalistes de France Bleu à participer une semaine d’actions au moment du lancement de cette plateforme :

- du lundi 28 mars au dimanche 2 avril, cessons de contribuer. Profitons de ce temps libéré pour approfondir nos sujets radio. Rappelons que francebleu.fr, c’est nous. Démontrons que le web est une charge de travail qui alourdit nos journées, comme le confirme le rapport Isast.
Puisqu’il n’a plus d’accord encadrant nos contributions, cessons de contribuer.

- Du lundi 28 mars au dimanche 2 avril, éteignons les lumières de la télé qui nous fatiguent, pour refaire de la radio comme nous l’aimions.
Puisque nous pouvons user librement de notre droit à l’image, retirons-le pour une semaine.

- Enfin, contributeurs (coordinateurs web, présentateurs, reporters…) retrouvons-nous tous ensemble pour une journée de grève le jeudi 31 mars.

Le SNJ a déposé un préavis (à lire ici).

Depuis trois mois, la direction n’est que blabla et remet à plus tard les décisions réellement engageantes. Plus tard, après le lancement de la plateforme, ce sera trop tard. Forçons-la à nous donner maintenant les garanties indispensables !


25 Mars 2022
Lu 1123 fois




Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Mouv