Partager ce site







SNJ Radio France : #EntendualaRedac : il mettra une Harley sur le cercueil de Johnny ? https://t.co/4JFrHy3TML
SNJ Radio France : Fiers d'être au service du Public, quoi qu'"ils" puissent dire de l'audiovisuel public... https://t.co/ea3az4thex https://t.co/tXQWrnvFa2
SNJ Radio France : RT @valeria_e: Quand tu lis un papier qui te traite de « gras ». Un papier qui milite pour des licenciements de journalistes. #Figaro Ce b…
SNJ Radio France : @Frederic_Neveu @franceinfo @mathieu_gallet Etes-vous sur de vos informations ? Avez-vous entendu les brèves dans l… https://t.co/uRQcdwEg4v

Planning CDD : la dérive



La situation a de nouveau atteint un point de non retour.
 
L’accord que nous avons voulu et que nous revendiquons toujours, a été dévoyé au fil des ans par la direction.
 
La période de "piges" se cumule maintenant à celle de CDD et le planning, qui devait -pour être moins inhumain- être limité à 3 ans, 4 en cas d’embauche certaine, atteint maintenant 5 ou 6 ans pour certains.
 
Avec de telles durées de travail dans nos rédactions, comment imaginer une fin de collaboration ?
 
La DRH journalistes s’est également montrée très inventive en matière de recrutement CDD.  Il y avait déjà les postes auxquels les précaires ne peuvent postuler qu’à partir d’une "certaine" ancienneté (évolutive et décidée par la DRH). Il y a maintenant les "postes sur invitation" : des consultations qui ne sortent pas et pour lesquelles la DRH exige que certains CDD, et eux seulement, postulent. Là aussi les critères ne sont pas connus.
 
On évince sciemment des journalistes qui rêvent d’une station, au profit d’autres qui n’en ont aucune envie et qui sont obligés de postuler. Où sont les Ressources Humaines là-dedans ?
 
On demande aux CDD qui ne se sentiraient pas de postuler là, de l’écrire pour s’en servir ultérieurement contre eux en justice. Où sont les Ressources Humaines là-dedans ?
 
Le "planning" a dérivé. Il faut au plus vite retrouver une transparence, des règles claires et connues de tous qui, seules, permettront à ceux qui font chaque jour fonctionner nos  antennes, de supporter l’effort qui leur est demandé : travailler pour la plus grande gloire de Radio France, sans avoir en retour la certitude d’être recrutés.
 
Avec la Convention collective, le planning est le premier des dossiers que nous déposerons sur le bureau de la nouvelle direction.
 
Les nouvelles règles et la clarté ne suffiront pas. Il faudra un apurement de dossier qui passe forcement par une "déprécarisation".

Le multimédia et les possibilités d’ouverture de nouvelles locales en dépendent désormais.


28 Mars 2014
Lu 800 fois





Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv