Non au sacrifice du site de France Bleu sur injonctions politiques



Après des mois de discussions, de rumeurs d’échecs et de revirements, les directions de Radio France et de France Télévisions ont trouvé un accord pour un travail en commun sur le numérique de proximité.  Ce "pacte" prévoit la création d’une nouvelle plate-forme, un nouveau site géolocalisé, qui reprendra les productions web de France Bleu et de France 3. L’information et les programmes sont concernés.
 
Le projet prévoit la création d’un GIE, un groupement d’intérêt économique pour gérer, à parts égales, cette nouvelle plate-forme, en "mode projet", avec une équipe restreinte. L’objectif est de démarrer dès le mois de mars, soit à quelques semaines de la présidentielle.
 
Car, ne nous trompons pas, il s’agit bien d’une annonce politique plus qu’éditoriale, il s’agit bien d’un coup pour donner des garanties à la tutelle, au moment où certains ne se privent pas de remettre en cause le service public de l’audiovisuel et ses moyens. C’est d’ailleurs la ministre de la Culture qui a eu la primauté de communiquer cette information devant les sénateurs, en jetant, au passage, le doute sur l'indépendance des chaines et de ses rédactions.

 

Un pas de plus vers la fusion ?


 
Mais pour nous, l'idée de ce GIE n’est qu’une manœuvre pour contourner, pour l’instant, les contraintes (notamment salariales) d'une fusion. Le site de France Bleu – et son succès – sont le fruit du travail (quasi bénévole et souvent en dehors de normes de durée de travail !) du personnel de Bleu, et de rien d'autre. Ce canal de diffusion de nos informations et programmes est l'avenir de notre chaîne. Il y a des sites internet sans radio, mais il n'y a plus de radios puissantes sans numérique fort. Toute dilution de francebleu.fr est donc une faute stratégique, potentiellement fatale à la chaîne
 
Mais si le ministère de la Culture, et avec lui la direction de Radio France, imaginent que le personnel de France Bleu laissera faire cette amputation, ils n'ont rien compris à ce réseau. Ces dirigeants sont de passage. Nous, nous avons bien l'intention de rester très longtemps au service de nos publics.
 
S'il faut arrêter de contribuer jusqu'à l'abandon de ce projet, afin de préserver l'identité de notre chaîne, nous n'hésiterons pas à le faire. 
 
Ce sera d'autant plus facile que Radio France n'a jamais valorisé les efforts réalisés au quotidien pour francebleu.fr, au point qu'aucun accord ne prévoit, aujourd'hui, que nous écrivions pour le web. Au point également que la négociation sur les droits d’auteurs des journalistes (matinale filmée comprise) est totalement enlisée depuis des mois. Ce mépris a trop longtemps duré. Ce nouveau pas vers une fusion est celui de trop.



10 Novembre 2021
Lu 947 fois




Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv