Partager ce site







SNJ Radio France : #EntendualaRedac : il mettra une Harley sur le cercueil de Johnny ? https://t.co/4JFrHy3TML
SNJ Radio France : Fiers d'être au service du Public, quoi qu'"ils" puissent dire de l'audiovisuel public... https://t.co/ea3az4thex https://t.co/tXQWrnvFa2
SNJ Radio France : RT @valeria_e: Quand tu lis un papier qui te traite de « gras ». Un papier qui milite pour des licenciements de journalistes. #Figaro Ce b…
SNJ Radio France : @Frederic_Neveu @franceinfo @mathieu_gallet Etes-vous sur de vos informations ? Avez-vous entendu les brèves dans l… https://t.co/uRQcdwEg4v

NON au pillage !



NON au pillage !
Le SNJ ne s’est jamais opposé à la création de nouvelles radios locales. Mais après avoir ouvert France Bleu Toulouse en budgétant uniquement la moitié des postes, Radio France entend maintenant ouvrir Saint-Etienne en volant 100% des emplois dans les autres équipes.

Même chose pour le multimédia. Il nécessite un minimum de 70 postes de journaliste, qui n’existeront que si on supprime 70 postes ailleurs.

Radio France a donc choisi la « cavalerie » comme mode de gestion. Pour créer une radio : piquer chez les autres. Pour pourvoir un besoin nouveau : créer un problème ailleurs.

Moins de journalistes dans des équipes à l’équilibre précaire, c’est plus de travail pour chacun, et du stress supplémentaire. C’est également mépriser l’investissement de tous les journalistes de Radio France en revoyant notre offre rédactionnelle à la baisse.

Relisons le COM, le Contrat d’objectifs et de moyens qui prévoit que « l’intégration en CDI d’un CDD, en particulier motivé par un surcroît d’activité, sera envisagée chaque fois que nécessaire » Le multimédia n’est ce pas exactement un surcroit d’activité ? La création d'une locale n’est ce pas exactement un surcroit d’activité ?

Puisons dans le vivier des journalistes précaires pour faire vivre nos radios. Le projet d’entreprise de Radio France ne peut pas uniquement consister à monter les équipes les unes contre les autres et à « déplacer » des postes pour cacher la misère.

La direction a finalement accepté de présenter son plan de redéploiement lors du CCE de septembre. Il faudra qu’elle clarifie la situation des micro-locales et qu’elle nous explique, poste par poste et radio par radio, là où elle compte couper et comment ces radios pourront continuer à fonctionner avec moins de journalistes et avec plus de travail (et notamment les nouveaux projets d’Anne Brucy pour la fin de journée et le multimédia).

Nous prévenons la DRH dès maintenant : si un seul poste de journaliste disparaît à nouveau dans une station du réseau France Bleu, nous déposerons un préavis de grève dans l’ensemble du réseau.


8 Juin 2011
Lu 1361 fois





Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv