Les rédactions massivement en grève pour la défense du service public



Les auditeurs ont pu le constater très largement dès ce matin : sur les antennes de Radio France la musique a remplacé les infos. Il n’y a pas eu de matinale sur France Inter, France Info, France Culture et dans la très grandes majorité des 44 stations locales de France Bleu. Pour seulement six centimes par jour de redevance, voilà la différence !

Comme les autres métiers, les journalistes se mobilisent massivement ce mardi, dans les rédactions de Radio France. Près des trois-quarts (72,5%) des titulaires inscrits au tableau de service ont cessé le travail. C’est un important succès pour ce mouvement lancé par l’ensemble des organisations syndicales.

Cette grève massive témoigne de l’ampleur des inquiétudes des équipes de Radio France. Sentiment partagé par celles de France Télévisions, France médias Monde et l’Ina.


C’est un signal



Cette grève doit peser dans le débat qui va s’ouvrir rapidement sur le financement de l’audiovisuel public, en remplacement de la redevance que l’Etat a supprimé. Nos chaines et leurs rédactions ont besoin de visibilité financière. C’est vital pour permettre les investissements nécessaires, notamment dans le numérique, c’est indispensable pour garantir la qualité de nos programmes et notre indépendance.

Cette grève doit alerter les parlementaires au moment où certains voudraient ouvrir le chantier d’une fusion des entreprises de l’audiovisuel public. Ils trouveront face à eux des personnels fiers de leurs missions et de leurs succès, déterminés et unis pour défendre le service public de la radio.

Cette grève est un signal d’alarme. Il doit être entendu, sinon, il ne pourra qu’être renouvelé.


28 Juin 2022
Lu 1573 fois




Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Mouv