Le poids du web à France Bleu



Le poids du web à France Bleu
C'est la direction elle-même qui l'écrit, dans le Texto sur les audiences radio, pour masquer la nouvelle baisse de France Bleu :
"Avec + de 10 millions de visiteurs uniques par mois, France Bleu se classe dans le TOP 3 des marques médias (catégorie radio/TV) grâce à son offre numérique."
 

Culot, aveuglement ou incompétence ?


Cette même direction est précisément en train de faire disparaître la marque France Bleu au profit de la marque "Ici". Se priver de son principal "relais de croissance" constitue une lourde erreur pour n'importe quelle entreprise, et Radio France n'y fera pas exception.

Ce poids du web, nous le vivons au quotidien dans les rédactions. Mais depuis le début des semaines blanches il y a 4 semaines, la plupart des journalistes de France Bleu ont retrouvé un rythme raisonnable et une charge de travail conforme.
« Ça m’enlève une pression et mes journées ne sont plus à rallonge »
« J’ai l’impression de refaire de la radio »
 

Un retour aux journées surchargées est impossible


Les rédactions ne peuvent pas attendre d’éventuelles réorganisations à la rentrée de septembre pour travailler dans des conditions correctes. D’autant que les conclusions du rapport Isast engagent la responsabilité de Radio France en ce qui concerne la santé de tous les salariés de France Bleu, planneurs et pigistes compris.

Comme nous l'annoncions la semaine dernière, la direction a accepté d'ouvrir une négociation sur le numérique le 3 mai.
Le champ à balayer sera large car le poids du web a autant d'implications éditoriales qu'organisationnelles.
Le SNJ est bien conscient qu'il n'existe pas de solution facile et qu'il faudra trouver un équilibre délicat.

Pour y parvenir, la direction devra se saisir de tous les enjeux actuels :
· l’existence de la marque France Bleu sur le web,
· la valorisation de la double compétence des journalistes du réseau,
· la maîtrise du temps de travail.

Il faudra aborder des questions que France Bleu évite avec soin depuis plus de 10 ans. Par exemple, qu'est-ce qui mérite d'être traité sur le web ?
Le SNJ demande la création d’une charte éditoriale du web à France Bleu, intégrée au futur accord sur le numérique.

Un audit ou des ateliers ne sont pas des réponses suffisantes. Il faut arrêter de nier les problèmes ou, pire, tenter de faire croire qu'ils sont imputables à une mauvaise organisation au niveau des stations. Les journalistes de France Bleu attendent des actes forts à la hauteur du poids du web.

D’ici là, nous poursuivrons notre mouvement, avec une 5ème semaine blanche, prolongée jusqu'au 3 mai inclus.

Le 3 mai, la direction doit mettre sur la table des éléments d'une tout autre nature.
C'est le seul moyen pour Radio France de reconstruire la confiance à France Bleu.


23 Avril 2022
Lu 1624 fois




Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Mouv