Le chantage ou la farce du "pacte social"



Enfin, ce matin, la direction qui avait volontairement caché jusqu'ici le nombre de postes qu'elle veut supprimer, a lâché les chiffres et ils sont ahurissants. Nous avions calculé une fourchette haute. Elle se révèle être en fait une fourchette basse.
 
Pour couper 25 millions dans les charges de personnel, la direction veut, en fait, supprimer 390 postes. 390 personnes devront quitter l'entreprise alors même que Radio France recrutera 50 personnes à l'extérieur. Et c'est l'État, qui nous coupe les moyens de faire de la radio, qui paiera les départs.
 
Quant à la fourchette basse, c'est 270 postes si nous acceptons collectivement, tous métiers confondus, la suppression de congés. "Une fourchette de 7 à 12 jours selon les populations" dit la direction qui veut aussi modifier les régimes de planification.
 
270 postes, c'est le nombre d'emplois que Radio France a déjà supprimé durant la présidence Gallet.
 
300 ou 400 postes de plus ça rend juste impossible de continuer de faire de la radio. Et alors, à quoi donc servirons-nous ?
 
Nous serons juste prêts à nous faire désosser par la future loi audiovisuelle.
 
Le 6 juin Radio France débarque ses salariés.


6 Juin 2019
Lu 931 fois




Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv