La malsaine colère de Jean-Luc Mélenchon



Jean-Luc Mélenchon dément le contenu de l'enquête de la cellule d'investigation de Radio France sur les suspicions de surfacturation de sa campagne. C'est son droit le plus strict.

Mais à la mi-journée, sur Facebook, le leader de la France Insoumise a tenu des propos indignes d'un élu de la République et très éloignés de la vérité.

Contrairement à ce qu'il prétend, le travail de la cellule enquête de Radio France est toujours publié le vendredi. Il n'a jamais été question de publication le mardi repoussée du fait des perquisitions, dont personne à Radio France n'était évidemment au courant. Le mardi était la date à laquelle la France Insoumise pouvait répondre aux questions soulevées par l'enquête, avant publication.
Comme les autres, l'enquête sur les comptes de campagne d'Emmanuel Macron était sortie en fin de semaine. Le samedi, c'est le jour de la diffusion de l'émission Secrets d'Info sur France Inter et de Samedi Investigation sur France Info

Les journalistes de la cellule investigation de Radio France, qui travaillent pour toutes les chaînes de la Maison, n'ont jamais tenté "d'accabler" ou de "détruire" qui que ce soit à la France Insoumise ni dans aucun autre parti. Pas plus que les autres journalistes des chaînes du service public.

Pour nous dont le métier est d'informer, il est inconcevable d'être considérés comme des adversaires politiques à "pourrir", "discréditer", selon les mots de Jean-Luc Mélenchon : 
"Ils ont l'air de ce qu'ils sont, c’est-à-dire d'abrutis. Je demande à ceux qui nous suivent de relayer nos arguments, de montrer pourquoi France Info ment et de discréditer les journalistes qui s'y trouvent"." Relayez, relayez sans arrêt. Pourrissez-les partout où vous pouvez. Parce qu'il faut qu'on obtienne au moins un résultat […] il faut qu'à la fin il y ait des milliers de gens qui se disent 'Les journalistes de France Info sont des menteurs, des tricheurs'."
Quelques précisions, si c'était nécessaire. Nous ignorons quel est le salaire de Jean-Michel Aphatie qui travaille à Europe 1 et non à Radio France, mais les salaires des journalistes de notre Maison sont publiques et n'ont absolument rien à voir avec celui que Jean-Luc Mélenchon nous prête.

Faut-il le préciser enfin, nous ne faisons pas non plus d'animation dans les supermarchés, ni ne vendons de barquettes de frites, ni pour un euro, ni pour 1 000 euros de l'heure. 

On répond à une enquête par des faits, pas par des insultes. Du moins si on veut être crédible.



19 Octobre 2018
Lu 13549 fois




Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv