Partager ce site







SNJ Radio France : .@mathieu_gallet le pdg de @radiofrance a réuni ses directeurs autour de lui pour s’adresser aux salariés au studio… https://t.co/FwKTt5k7TZ
SNJ Radio France : France Bleu Toulouse est devenue depuis mardi @BleuOccitanie : la radio locale avec le plus grand territoire à couv… https://t.co/xm63oCpfAQ
SNJ Radio France : #EntendualaRedac : il mettra une Harley sur le cercueil de Johnny ? https://t.co/4JFrHy3TML
SNJ Radio France : Fiers d'être au service du Public, quoi qu'"ils" puissent dire de l'audiovisuel public... https://t.co/ea3az4thex https://t.co/tXQWrnvFa2

Jiri Slavicek est mort



Jiiri Slavicek, le jour de son départ à la retraite, il y a 3 ans
Jiiri Slavicek, le jour de son départ à la retraite, il y a 3 ans
Jiri a été pendant des siècles le centre du bocal Inter, le centre du monde de la radio, le centre de mon monde.
Au bocal, il emplissait tout l’espace de son accent tchèque, de ses sourires, de son intelligence et de sa phrase préférée « je suis en retard ».
Il disait aussi « j’ai passé plus de nuits avec toi qu’avec n’importe laquelle de mes femmes ».
En fait c’est à Inter que Jiri a consacré la deuxième partie de sa vie.

La première, c’était Prague, puis sa fuite en 68 et son arrivée à Paris, son nouveau pays.
Ici sa vie c’étaient ses deux filles, le jazz, les journaux qu’il gardait précieusement, ses amis, son travail pour les radios tchèques dont il était devenu le correspondant, et France Inter.
Grâce à Ivan Levaï, Jiri a pu rentrer en Tchécoslovaquie en 1990, revoir enfin ses parents et proposer aux auditeurs une série de reportages quotidiens inoubliables avec Marie-Eve Malouines.
A France Inter, Jiri a travaillé d’abord aux dépêches, puis à la note, c’est à dire à la préparation des journaux du petit matin.
Il avait en lui quelque chose de spécial, une vraie générosité qui lui faisait aimer les gens.
Ils le lui rendaient bien.

Il est mort à 68 ans, durant son sommeil, vendredi 5 mars à Prague, où il donnait une série de conférence.

Son départ nous touche tous tellement. Plus qu'on saurait le dire.

Valeria Emanuele


7 Mars 2011
Lu 2889 fois




Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv