France Bleu : la motion de défiance approuvée



En votant massivement la motion, 85% des journalistes de France Bleu disent clairement qu’ils n’ont plus confiance dans cette direction de l’information de France Bleu.

 

Les journalistes de France Bleu ont largement participé au vote de la motion de défiance, en dépit des diverses contre-attaques de la direction, de l’hostilité de FO et de l’association des rédacteurs et rédactrices en chef qui ont appelé à ne pas participer.

 

La participation atteint 46 %, un niveau dans la moyenne des élections professionnelles à Radio France et de celles pour la carte de presse, organisées avec des moyens bien supérieurs. Chaque personne ayant participé au scrutin peut retourner sur son lien individuel pour consulter ces résultats, conformément à la transparence à laquelle se sont engagés le SNJ et le SNJ-CGT, co-organisateurs de cette motion.

 

Que la défiance fédère les rédactions, c’est grave.

 

La direction ne peut rester sourde à cette expression ou tenter de la minimiser, comme elle le fait si souvent. Elle doit comprendre qu’elle n‘a plus le soutien des équipes de rédaction et qu’elle doit le reconquérir. Les journalistes de France Bleu veulent retrouver du sens dans ce qu’ils font. Ils ont besoin de visibilité sur les moyens, dont la chute continue n’est plus compatible avec le maintien des rendez-vous d’antenne. Ils demandent un vrai débat sur le web, son contenu et son cadre. Ils sont en attente de plus de souplesse et de liberté éditoriale locale. 

 

Alors que la direction de l’information participe ces semaines-ci aux séminaires de rentrée des rédactions, elle doit en profiter pour écouter ce que les journalistes ont à dire. Si elle y va pour faire le forcing sur le web et montrer ses muscles, elle court à l’échec. Les équipes sont fatiguées de ce genre de comportement.

 

Enfin rappelons que rien n’est réglé sur le web, symbole et résultat d’années de passage en force et de manque de vision partagée. Le mouvement de non-contribution continue donc. Nos demandes sont toujours les mêmes : formaliser les questions de temps de charge de travail en cette rentrée, aboutir sur les droits d’auteurs, négocier un accord sur le numérique et une véritable charte éditoriale sur nos relations avec France 3.

 

Notre mission de syndicats (SNJ et SNJ-CGT) est d’alerter, de porter la voix des journalistes. Nous l’avons fait. C’est désormais à la direction d’agir ! Si elle ne le fait pas, la défiance pourrait aussi s'exprimer au-delà des rédactions dans le réseau Bleu.



26 Septembre 2022
Lu 659 fois




Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Mouv