Partager ce site







SNJ Radio France : #EntendualaRedac : il mettra une Harley sur le cercueil de Johnny ? https://t.co/4JFrHy3TML
SNJ Radio France : Fiers d'être au service du Public, quoi qu'"ils" puissent dire de l'audiovisuel public... https://t.co/ea3az4thex https://t.co/tXQWrnvFa2
SNJ Radio France : RT @valeria_e: Quand tu lis un papier qui te traite de « gras ». Un papier qui milite pour des licenciements de journalistes. #Figaro Ce b…
SNJ Radio France : @Frederic_Neveu @franceinfo @mathieu_gallet Etes-vous sur de vos informations ? Avez-vous entendu les brèves dans l… https://t.co/uRQcdwEg4v

Europe 1 : création de 6 postes à la rédac après une forte mobilisation



Europe 1 : création de 6 postes à la rédac après une forte mobilisation
Il n’y a rien à négocier ! Le patron d’Europe 1 Denis Olivennes était encore inflexible, fin janvier, alors que le mécontentement montait à la rédaction et dans les autres directions de la station sur la question des effectifs. Deux assemblées générales à quelques semaines d’intervalle n’étaient pas parvenues à entamer sa détermination. « Je ne dévierai pas de ma feuille de route », répondait-il, le 25 janvier, aux représentants de l’intersyndicale SNJ-FO-CGT-CFDT qui lui mettaient sur la table la nécessité de créer 6 postes supplémentaires à la rédaction et 9 postes supplémentaires aux programmes et dans les autres services de l’entreprise.

Sa feuille de route ? Redresser la rentabilité de l’entreprise afin de donner des gages à l’actionnaire qui, sinon, « pourrait s’interroger sur l’intérêt de conserver le modèle d’Europe 1 alors que RMC, avec 40 à 50% d’effectifs en moins, fait une audience approchante avec un résultat opérationnel bien supérieur »…  Refrain déjà entendu en 2007 dans la bouche de Didier Quillot, prédécesseur de Denis Olivennes à la tête de Lagardère Active, la maison mère d’Europe 1…

Logique financière et comptable

Et puis il y a eu une troisième AG, le 31 janvier, au cours de laquelle le SNJ et les autres syndicats ont fait adopter une motion qui, visiblement, a fait mouche : face à une direction affichant une logique financière et comptable, les salariés ont décidé d’opposer le strict respect des règles du Code du travail en matière de durée du travail (signalement systématique de tous les dépassements horaires, paiement des heures supplémentaires et  respect des 11 heures de repos incompressible entre deux journées de travail).
Sacré changement dans les habitudes d’Europe 1 où les salariés, jusque-là, n’ont jamais véritablement compté leur temps, en particulier les journalistes, fréquemment appelés à travailler tard le soir, et à revenir à l’aube, le lendemain, pour faire leurs sujets en direct dans les éditions de la matinale…

Négociation sur les effectifs 

Dans les trois jours qui ont suivi l’adoption de cette motion, la direction a accepté d’ouvrir une négociation sur les effectifs. Et début mars, un accord a été trouvé avec les syndicats sur la création de 6 postes à temps plein à la rédaction  (dont la transformation de deux CDD de journalistes en CDI) et de 4 postes dans les autres directions de l’entreprise (programmes et service de presse). Ce n’est pas tout : la direction s’est engagée à payer les heures supplémentaires, et à attribuer 9 jours ARTT aux assistants d’émission qui, jusque-là, n’avaient droit à rien.

Réunis une nouvelle fois en AG le 6 mars dernier, les salariés d’Europe 1 ont salué le travail accompli par les syndicats. La mobilisation a payé, mais la vigilance reste de mise, en particulier sur les dépassements d’horaires.

> à lire sur le site SNJ Ile de France



14 Mars 2012
Lu 1734 fois


Tags : embauche, Europe1



L'actu par Chaîne | Audiovisuel public | Pages Pratiques | S N J | Et aussi | Les accords | Qui sommes nous | Nous joindre | Adhérer | Espace adhérents