Ce mercredi 29 mai, plus de deux journalistes de France Bleu sur trois* ont cessé le travail



Les émissions matinales ont été perturbées ou non diffusées dans au moins 30 des 44 antennes du réseau des locales de Radio France. 
 
Le SNJ, qui avait appelé à cette grève, se félicite de cette mobilisation et appelle urgemment la direction à en entendre le message.
 
Cette direction qui, depuis plusieurs mois, refuse d’écouter ce que disent les collaborateurs du réseau. Cette direction qui, sans aucune concertation, a annoncé la généralisation des matinales de France Bleu filmées par France 3 d’ici 2022. Cette direction qui, toujours sans consultation, s’apprête à désorganiser toutes les rédactions de France en demandant la présence de deux journalistes en matinale, même dans les locales où c’est totalement impossible (pour mémoire, dans la majorité des locales, la rédaction est composée de 7 journalistes plus un rédacteur en chef, pour assurer reportages, présentation et articles web 7 jours sur 7).
 
Comme lors du développement du multimédia à France Bleu, le SNJ n’est pas opposé au changement et aux évolutions du média radio. Mais avec ces annonces stratégiques précipitées, la direction semble continuer sa fuite en avant. 
 
Sans moyen supplémentaire, elle ne propose aucun accompagnement des journalistes dans ces projets qui représentent pourtant un bouleversement profond pour chacun d’entre eux. 
 
Surtout, et c’est très certainement le plus alarmant, elle montre sa méconnaissance profonde de l’état des collaborateurs du réseau, déjà usés par les plans stratégiques successifs de ces dernières années dus à la valse annuelle des directeurs.
 
Alors que Radio France prévoit de nouvelles annonces, encore plus traumatisantes, pour la semaine prochaine, les journalistes de France Bleu ont montré leur attachement profond au réseau des locales. Ils en sont chaque jour les principaux artisans et demandent à être reconnus comme tels. Mais cela, la direction semble n’en avoir cure.
 
Si Radio France continue à proposer la parodie de dialogue social à laquelle nous assistons depuis trop longtemps, nous saurons à nouveau nous faire entendre. Et bien plus fort.
 
 
*les journalistes titulaires présents au tableau de service de ce jour. Le SNJ n’appelle jamais les CDD et pigistes à se déclarer grévistes.



29 Mai 2019
Lu 418 fois




Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv