Partager ce site







SNJ Radio France : RT @TChuzeciudad: Colloque @Senat : «Comment réenchanter l’audiovisuel public à l’heure du numérique». En toute détente, le sénateur @jplel…
SNJ Radio France : Christophe Lurie nous a quitté @radiofrance https://t.co/HIFki5R6BO https://t.co/VniGM3gXXB
SNJ Radio France : La rédaction de @fbleucotentin vient de recruter https://t.co/EKy6A9JebS https://t.co/HpB6iAxv5j

Audiovisuel public : appel du 18 juin



Audiovisuel public : appel du 18 juin
C’était les étrennes du 8 janvier 2008. Le président de la république annonçait la suppression de la publicité dans l’audiovisuel public et la mise en place d’un mécanisme de substitution.

6 mois plus tard, la commission Copé s’enlise, c’est le grand flou, et même le raidissement à la tête de l’état. En 2009, si rien ne se passe, donc si nous restons inertes, Radio France devra se passer de 40 millions d’euros, soit environ 8% de son budget global.

6 mois plus tard nous ne disposons d’aucun engagement concret, et chiffré, quant à la compensation. Aucun.

Radio France terminera l’année 2008 avec un budget miraculeusement équilibré grâce au report d’une partie des travaux de la maison de la radio. Mais quid de 2009 ? Et des années suivantes ?

Si la publicité disparaît sans compensation de nos antennes,

Si la redevance (pourtant l’une des plus basses d’Europe) continue à ne pas suivre le cours de l’inflation, donc à être réduite de 2 ou 3% par an,

Si la seule solution avancée reste cette usine à gaz qui consiste à taxer les opérateurs de téléphonie mobile et d’accès à internet (dont on imagine qu’ils ne se laisseront pas faire).

C’était les étrennes de Nicolas Sarkozy pour la radio et la télévision publiques

C’est l’existence de notre entreprise

qui est menacée.

 

Pour manifester notre attachement au service public de l’audiovisuel et pour exiger du gouvernement le maintien de notre cahier des charges, de notre périmètre et de notre financement,

 

Le SNJ invite tous les journalistes CDI de Radio France à cesser le travail pour 24 heures le mercredi 18 juin 2008 à 0h00.

 

Ou que vous soyez, à Paris, en Région, à l’Etranger, réfléchissez. Ne pas faire grève c’est laisser faire. Pensez à votre entreprise, votre métier, votre avenir.

 



11 Juin 2008
Lu 277 fois





L'actu par Chaîne | Audiovisuel public | Pages Pratiques | S N J | Et aussi | Les accords | Qui sommes nous | Nous joindre | Adhérer