Partager ce site







SNJ Radio France : Non à l'ubérisation des rédactions Communiqué des syndicats SNJ, SNJ-CGT, SNJ-FO https://t.co/HjQfQwxJnw https://t.co/I7Wekg8yl8
SNJ Radio France : Solidarité avec les journalistes en Turquie Solidarité depuis la Maison de la Radio à Paris pour les journalistes d… https://t.co/T1ITU6FBOx
SNJ Radio France : Solidarité depuis la Maison de la Radio à Paris pour les journalistes derrière les barreaux en #turquie… https://t.co/PnJVfVZTvh

​Non à l'ingérence



A quoi joue le ministre de la Justice ? François Bayrou vient de franchir une ligne jaune. Mécontent d’une enquête journalistique concernant son parti, le Modem, il décroche son télépho"e. Il appelle notre confrère Jacques Monin, responsable de la cellule investigations de Radio France. Il parle de « "harcèlement", évoque des poursuites.
 
Interrogé par Mediapart, François Bayrou assure : "Ce n'est pas le ministre de la Justice qui a appelé, ni le président du Modem, c’est le citoyen".

Pour qui nous prend-t-il ? Cette pression et ce mélange des genres sont inacceptables. Le SNJ les condamne.
 
Rappelons au garde des Sceaux deux principes élémentaires : la liberté de la presse et la séparation des pouvoirs.

Qui peut demander des comptes aux journalistes ? D'abord les auditeurs. C'est pour eux que nous travaillons. Ensuite des magistrats, en cas de poursuite. Personne d'autre.



10 Juin 2017
Lu 1377 fois




Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv