Partager ce site







SNJ Radio France : Si la direction des sports les aime, qu'elle dise à @radiofrance qu'il ne faut pas/plus piquer des postes aux local… https://t.co/YLuB4Fgnt1
SNJ Radio France : .@franceinter et @franceinfo sont les radios les plus écoutées dans le Rhône. Pourtant le PDG de @radiofrance veut… https://t.co/2V6WF5BNE0
SNJ Radio France : Le PDG de @radiofrance veut fermer le bureau @franceinter de Toulouse. A-t-il seulement regardé les résultats d'aud… https://t.co/PDHtgCxup4
SNJ Radio France : RT @SNJ_national: Ô Toulouse ! Le SNJ tiendra son 99e congrès annuel les 4, 5 et 6 octobre prochains sur les bords de la Garonne https://t.…

france bleu.fr : la colère



Depuis le lancement du nouveau site francebleu.fr en décembre 2012, il y a donc 16 mois, nous avons été patients, compréhensifs. Chaque fois que nous interrogions notre encadrement en direct ou en CE, en DP, puis la DNM sur les dysfonctionnements du site, la réponse était la même, ubuesque : le site est victime de son trop grand succès, il est trop fréquenté, il y a trop de contributeurs… On nous a promis des améliorations.
 
 
Ce 1er tour des élections municipales était l’occasion de prouver que Radio France ne saborde pas le multimédia à France Bleu.
 
 
Depuis dimanche soir, 1er tour des élections municipales, nous avons la preuve du contraire et sommes en colère. Aucun de nous, depuis dimanche après-midi et jusqu’à encore lundi matin 9h, n’a pu ne serait-ce que se « géolocaliser » -cette magnifique usine à gaz- pour accéder à nos infos. Il parait que ça a été coupé pour éviter que notre site plante. Comment expliquer alors aux réactions l’impossibilité d’accéder aux résultats ?
 
 
Un tel mépris du travail des équipes de France Bleu -à commencer par les journalistes web en première ligne dans les délégations- et de ses auditeurs (près de 7%, la meilleure progression de Radio France, paraît-il) dépasse l’entendement. C’est de l’incompétence, du je-m’en-foutisme. Surtout quand la réponse est : nous venons de changer d’hébergeur. Et que la réponse aux dysfonctionnements des semaines passées était : c’est parce que nous devons changer d’hébergeur.
 

Avant de nous investir dans un travail multimédia, nous demandons UNE CHOSE ESSENTIELLE : un site qui fonctionne. Pour ses utilisateurs comme pour ses contributeurs.
 

PS : Les sites de France Inter et France Info ont également connu de grosses difficultés dimanche soir. Sûrement un problème d’hébergeur…


25 Mars 2014
Lu 892 fois





Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv