Partager ce site







SNJ Radio France : @Frederic_Neveu @franceinfo @mathieu_gallet Etes-vous sur de vos informations ? Avez-vous entendu les brèves dans l… https://t.co/uRQcdwEg4v
SNJ Radio France : RT @presidentftv: Pas question de laisser le #gouvernement et les #PDG de l’audiovisuel public abimer nos entreprises et ses salariés !! En…
SNJ Radio France : RT @valeria_e: Formidable ! Tout le monde paraît pressé de sacrifier @francebleu sur l’hôtel des économies #colère https://t.co/fOS5H1Vzne…
SNJ Radio France : @gaelhamayon @FrancoiseNyssen Quelle bonne idée de tenter de dépister les sources des journalistes et de mener enqu… https://t.co/pDeUexlVPb

Une info porteuse… mais fausse



Une info porteuse… mais fausse
Un texte du SNJ France Télévision
“Une information puis un démenti, ça fait deux informations”, disait le fondateur de France Soir, journaliste certes brillant, mais aux propos parfois très cyniques.

L’affirmation semble, hélas, devenir un principe à l'heure du flux et du reflux.
 
Ce week-end, à la une du journal “Le Parisien”, un témoignage exclusif, dont ce quotidien aime à faire ses choux gras. Une mère porteuse de Calais dit tout de son expérience de gestation pour autrui. Branle-bas de combat dans toutes les rédactions. Voilà que la petite dame tourne en boucle sur toutes les chaînes d’information en continu.
 
La rédaction nationale de France 3 attend avec fébrilité le reportage de l'équipe de France 3 Nord-Pas-de-Calais. Celle-ci trouve porte close. La mère porteuse ne répond plus.
Etrange. Mais aucune interrogation sur le pourquoi de cette dérobade : ce qui compte, c’est de faire comme tout le monde, non ? Alors, on ne change pas une équipe qui perd.
Au réveil dimanche matin, on achète le témoignage à BFM-TV, fournisseur de plus en plus fréquent de nos éditions, euros à l'appui.
 
Tout va bien, jusqu’à lundi matin. On apprend alors que cette femme a tout inventé et que son témoignage est bidon. Mardi soir, cette « info » est toujours en ligne sur le site de France 3 Nord-Pas-de-Calais…
 
La belle affaire. Comme si de rien n’était, notre direction de l’information continue à vouloir aller plus vite que la musique. Diffusons parce que le voisin a diffusé. Répétons parce que l'autre a répété. Reproduisons parce que l'autre a copié. Quand l’information circulaire prend le pas sur le journalisme.

Ce n'est pas le rectificatif lu dans le 19/20 national de lundi qui règlera le problème de fond. Il est temps de traiter les causes plutôt que d'avoir à subir les conséquences : le déshonneur pour la profession, et le discrédit aux yeux de notre public.


13 Mars 2013
Lu 3263 fois





L'actu par Chaîne | Audiovisuel public | Pages Pratiques | S N J | Et aussi | Les accords | Qui sommes nous | Nous joindre | Adhérer | Espace adhérents