Partager ce site







SNJ Radio France : @radiofrance @franceinfo Les qualités de Bruce Toussaint ne sont pas en cause, mais n'oublions pas les qualités des… https://t.co/Qhfg0fTeAi
SNJ Radio France : .@radiofrance cède une fois de plus au "vu à la TV" et recrute Bruce Toussaint pour la matinale de @franceinfo. 1/2
SNJ Radio France : Respect pour les pigistes du #reseauSpartacus qui ont "suspendu leur collab" ce week-end à RFI car pas intégrés aux futurs accords de FMM
SNJ Radio France : @fbleuchampagne La clim @fbleuchampagne est en panne. Dans plusieurs locales le changement de prestataire pose prob… https://t.co/W719uwZ4uH

Une ampleur historique

CFDT ● SJA-FO ● SNJ ● SNJ-CGT ● SUD



Une ampleur historique
C’est une grève d’une ampleur historique :
  • 23 rédactions à 100% de grévistes
  • 14 rédactions avec un taux allant de 50 à 85%
  • 4 rédactions comptant de 33 à 46% de grévistes
  • une seule rédaction (sur 42 !) hors du mouvement…
La moyenne est de 80% de grévistes. La Direction admet le chiffre de 65% (ce qui doit être un record de sa part).
La mobilisation est IN-DIS-CU-TABLE.
Il faut négocier d’urgence.

Il n’y a pas eu, comme l’escomptait la Direction générale, de "petites stations" qui se seraient opposées aux "grosses" (par exemple Nice, Tours ou Poitiers ont compté 100% de grévistes, comme Lille, Strasbourg ou Montpellier…).

Il y a France Bleu, sous toutes ses formes, en grève dans son unité.

La Direction et la Présidence doivent revoir leur copie et l’écrire en toute transparence, pas dans des conclaves secrets dont les fumées blanches ne sortiraient qu’au mois de novembre.

Nos responsables, tout à leurs plans comptables, pensaient tailler dans les lignes budgétaires d’un mammouth présumé ; ils ont tranché dans la chair vive de stations fières de leur travail et de leur histoire, et qui n’abdiqueront pas vingt-cinq ans de proximité. Les locales ne sont pas des Landernau mais un atout capital pour l’avenir de Radio France. Il faut y investir, mais ne pas les détruire.

L’intersyndicale est prête à l’application de l’accord du 3 juin 2005 sur les précaires mais continuera de combattre tous les abus.

Elle affirme solennellement sa volonté de négocier mais informe les dirigeants de Radio France qu’elle envisage d’ores et déjà des suites à la grève du 26 septembre. Ces actions seront lancées dans les quinze jours, si le silence répond à l’appel monté des stations de toute la France.


26 Septembre 2006
Lu 5850 fois





Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv