Partager ce site







SNJ Radio France : Les nuisances des open spaces bien connues des personnels en région cc @francebleu https://t.co/l3r4ie4kMD
SNJ Radio France : RT @valeria_e: Les personnels de l'audiovisuel prônent une réforme radicale du Sénat https://t.co/HigEGp5wII
SNJ Radio France : .@matthieu_gallet Rapprochement de France 3 et France Bleu, nous sommes "local", ils sont "régional", nous sommes très différents #cceRF
SNJ Radio France : .@matthieu_gallet France 3 et France Bleu, attention à ceux qui peuvent avoir des idées de big bang #cceRF

Semaine blanche, c’est l’heure de dire non



Semaine blanche, c’est l’heure de dire non
Lille vient de déposer un nouveau préavis de grève. L'arrêt de travail est fixé au 7 octobre.

La rédaction n’admet pas qu’un de ses postes soit expédié à Reims. Le poste a d’ailleurs failli être redéployé à Toulouse.

Les journalistes de la rédaction ne veulent pas voir augmenter leur charge de travail tout en diminuant la couverture d’une région de 4 millions d’habitants.

Chacune de nos Locales est potentiellement la prochaine qui subira un redéploiement.


Paris compte bien continuer de créer des Radios Locales en prenant sur les effectifs actuels de France Bleu et développer les stations en sous-effectif par le même moyen.

La direction a évidemment un plan, mais elle refuse de le communiquer aux élus qui pourraient le discuter et éventuellement le combattre.

En s’attaquant à une radio à la fois, la direction vise d’abord à affaiblir nos moyens et notre réponse, ensuite à jouer une locale contre l’autre. Jean-Luc Hees, le premier, disait au CCE que ce « rééquilibrage » de la rédaction de Lille ne le gênait pas du tout. Aucun « rééquilibrage » ne les gène en fait, du moment qu’ils l’ont décidé. Ca va de soi.

Demain c’est donc votre radio qui en fera les frais, parce que vous aurez un demi-poste de PARL en plus qu’une autre Locale, quelques heures de prod de mieux ou, pire que tout, un poste de journaliste que Paris convoite pour ouvrir une nouvelle station. Et ceci quelque soit la charge de travail de la rédaction, la taille de votre région ou la difficulté à trouver des infos.

Le moment est venu de dire non.

Les journalistes de Bleu ont une arme : la multicollaboration. Le moment est venu de s’en servir.

Nous sommes tous les correspondants gracieux et corvéables de France Info, France Inter et France Culture. Pour cette réutilisation de nos papiers et de nos sons. Pour ce travail supplémentaire de mise au format ou d’angle spécifique, nous ne touchons pas un centime. Tout juste nos budget pige sont-ils gratifiés de quelques euros.
Rien dans nos contrats de travail ne nous oblige à travailler pour Paris. Nous sommes censés donner un coup de main si nous avons le temps. Or, si on nous enlève des postes, ce temps nous ne l’aurons plus.

Pour que le message soit bien clair, nous vous proposons une Semaine Blanche du jeudi 7 octobre au mercredi 13 inclus. Semaine qui pourra être reconduite, si besoin.

Le principe de cette Semaine Blanche est de concentrer votre travail sur votre Locale. De faire des papiers ou des sons avec des angles locaux. De refuser toute commande spécifique et tout envoi de vos éléments à Paris.

Inter, Info et Culture seront bien vite nos porte-parole auprès d’une direction sourde, dés que la parole vient de plus loin que le périphérique.


+ Lire aussi La semaine Blanche comment ça marche

+ Lire aussi Bilan d'une semaine blanche


5 Octobre 2010
Lu 3038 fois





Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv