Partager ce site







SNJ Radio France : Si la direction des sports les aime, qu'elle dise à @radiofrance qu'il ne faut pas/plus piquer des postes aux local… https://t.co/YLuB4Fgnt1
SNJ Radio France : .@franceinter et @franceinfo sont les radios les plus écoutées dans le Rhône. Pourtant le PDG de @radiofrance veut… https://t.co/2V6WF5BNE0
SNJ Radio France : Le PDG de @radiofrance veut fermer le bureau @franceinter de Toulouse. A-t-il seulement regardé les résultats d'aud… https://t.co/PDHtgCxup4
SNJ Radio France : RT @SNJ_national: Ô Toulouse ! Le SNJ tiendra son 99e congrès annuel les 4, 5 et 6 octobre prochains sur les bords de la Garonne https://t.…

Salaire: tous perdants



Salaire: tous perdants
La Direction vient de confirmer ce que nous pressentions depuis des mois. En dévoilant lors de la négociation de la nouvelle Convention collective ses propositions en matière de salaires et d'évolution de carrière des journalistes, elle effectue un incroyable retour en arrière.

Fin annoncée des commissions paritaires. Elles seraient remplacées par une commission de recours, une sorte de voiture-balai qui n'étudierait que les cas des journalistes n'ayant pas été augmentés depuis... 5 ans !

Les journalistes « étudiés » auraient droit à une lettre de la direction leur expliquant pourquoi on ne les aime pas. Parmi eux, quelques-uns pourraient être les destinataires d’une mesure financière et humiliante, réservée à ceux considérés incapables d’obtenir une promotion fonctionnelle ou pécuniaire par la qualité de leur travail.

Ce nouveau système, c'est la porte ouverte aux augmentations à la tête du client. L'opacité la plus complète. L'arbitraire au lieu de la semaine d'échanges et de débats qu'a toujours été la Paritaire.

Des promotions rabotées. Exit les promos à 7,5%, remplacées par des hausses de 5%. Idem pour les promotions à 5%, qui passent à 3%. Dans une entreprise où les paritaires ne servent souvent qu'à compenser l'inflation, c'est une perte assurée de pouvoir d'achat pour chacun d'entre nous. D'autant que la Direction refuse de garantir le montant global des augmentations accordées chaque année. En clair, c'est moins d'argent pour moins de monde.

Aucune proposition sur les anomalies actuelles. Par exemple, la prime liée à la carte de presse continuera d'être calculée sur un indice de base, largement inférieur au véritable salaire. Un archaïsme que la Direction, cette fois, n'a aucune intention de "moderniser".

Nous nous attendions au pire, nous n'avons pas été déçus.

Il reste 3 réunions sur ce thème pour que la Direction nous prouve qu'elle n'est pas en train de mettre en place le moins-disant social que Jean-Luc Hees avait promis d'éviter lors de cette négociation.

Le SNJ ne signera pas un texte qui entraine un vrai recul et s'y opposera par tous les moyens.


10 Septembre 2010
Lu 2275 fois





Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv