Partager ce site







SNJ Radio France : Les nuisances des open spaces bien connues des personnels en région cc @francebleu https://t.co/l3r4ie4kMD
SNJ Radio France : RT @valeria_e: Les personnels de l'audiovisuel prônent une réforme radicale du Sénat https://t.co/HigEGp5wII
SNJ Radio France : .@matthieu_gallet Rapprochement de France 3 et France Bleu, nous sommes "local", ils sont "régional", nous sommes très différents #cceRF
SNJ Radio France : .@matthieu_gallet France 3 et France Bleu, attention à ceux qui peuvent avoir des idées de big bang #cceRF

Qui veut noyer sa micro-locale accuse les sondages



Qui veut noyer sa micro-locale accuse les sondages
La politique de Radio France concernant ses micro-locales n'a jamais été claire. Alors, certains directeurs régionaux prennent des initiatives. Et pas forcément les meilleures.

Jeudi 9 juin, le directeur de France Bleu Loire Océan a annoncé qu'à partir de la rentrée prochaine, la matinale spécifique produite par l’équipe de la micro-locale de La Roche-sur-Yon disparaitrait purement et simplement.

Sans jamais avoir avancé aucun chiffre précis, la direction a prétexté de sondages en baisse pour justifier sa décision ! Elle oublie bien vite qu'elle n'a jamais cherché à résoudre les dysfonctionnements récurrents des émetteurs préjudiciables à une bonne écoute. Et qu'elle n'a pas pleinement assuré son rôle d'encadrement sur place.

Plutôt que d'assumer ses propres inconséquences, la direction préfère donc, en creux, faire payer les équipes. Si échec il y a –et ça reste à prouver- ce n'est pas celui des salariés de La Roche-sur-Yon. Il est celui d'une direction changeante et versatile qui après avoir ouvert des micros-locales, ne s'est jamais donnée les moyens de les développer.

Aujourd’hui, elle n’a toujours pas décidé ce qu’elle allait en faire. Officiellement.
Mais il ne faut s'y tromper. Le scénario est écrit :

1/ Fin de la matinale de la micro-locale sous de faux-prétextes
2/ Démotivation et dégoût des salariés injustement mis en cause
3/ Départs successifs des salariés de La Roche qui ne seront pas remplacés
4/ « Financement » des nouvelles locales avec les postes récupérés

Et après La Roche, viendra le tour du Havre, d'Evreux, de Tulle.

Comment accepter cette destruction programmée de l’hyper-proximité et la mise à bas de sept ans d’investissement, de relations patiemment construites avec les auditeurs, les décideurs et le tissu local. Sept ans d'investissements réduits à néant du jour au lendemain.

Pour commencer les élus SNJ se feront entendre lors d'un Comité d'Etablissement extraordinaire.
Ensuite, nous lierons évidemment la micro-locale de La Roche-sur-Yon au débat sur les redéploiements et à la mobilisation qui en suivra.


18 Juin 2011
Lu 1570 fois





Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv