Partager ce site







SNJ Radio France : RT @valeria_e: Les personnels de l'audiovisuel prônent une réforme radicale du Sénat https://t.co/HigEGp5wII
SNJ Radio France : .@matthieu_gallet Rapprochement de France 3 et France Bleu, nous sommes "local", ils sont "régional", nous sommes très différents #cceRF
SNJ Radio France : .@matthieu_gallet France 3 et France Bleu, attention à ceux qui peuvent avoir des idées de big bang #cceRF
SNJ Radio France : Le pdg Radio France explique qu’un travail sur une opération précise avec France 3 est possible, mais pas au delà #cceRF

Quand Radio France arrive à déstabiliser même la précarité



Le morceau du mur de Berlin qui se trouve dans le jardin devant la Maison de la Radio
Le morceau du mur de Berlin qui se trouve dans le jardin devant la Maison de la Radio
Nous avons tous constaté depuis plusieurs mois les dysfonctionnements du "planning"*. L’apogée a eu lieu cet été où il a fallu faire appel aux pigistes « remerciés » et à d'autres venants de RMC, Europe 1 ou RTL. Cette désorganisation conduit à une conclusion sans appel : Radio France doit embaucher des journalistes en CDI.
 

Explication

À la tête de France Info, Laurent Guimier a mis en place plusieurs nouveaux secteurs, tous postés. D’abord l’agence interne et le S2R (anciens assistants), puis, pour le projet TV, les titreurs, les éditeurs visuels, le bandeau, les journalistes CM etc. La majorité des postes nécessaires au fonctionnement de ces services n'a jamais été pourvue et la direction se rend compte maintenant qu’elle a créé un monstre CDD-phage.
Pourquoi ? Parce que chaque poste créé doit être remplacé un pour un. Parce que l’agence interne nécessite, sans compter les chefs, pas moins de 11 postes par jour en semaine. Parce que des services ont été créés mais les postes de CDI n’ont pas été affectés. Et le temporaire dure.
 
Or, la DRH de Radio France a signé un accord sur la précarité qui entend l'encadrer pour la réduire. Limiter le nombre total de CDD pour leur garantir, à termes, un CDI. Limiter le nombre de mois passés en pige et en CDD pour éviter que les journalistes précaires attendent des années et des années avant d’espérer une embauche. Aujourd’hui franceinfo: vient tout bousculer.
 
Comme il n’y a pas assez de CDD disponibles, certains postes à Info ou certains remplacements sont confiés à des journalistes hors planning. Au risque que, si ces postes sont enfin pourvus, ils échappent totalement aux journalistes du planning.
Ces derniers sont pourtant mobilisés en nombre à franceinfo:, pour réaliser des missions parfois sans grand intérêt, ni aucun débouché possible.
 

La DRH, l'urgence et les lendemains encore pires

Face à la crise, la DRH envisage d’organiser une épreuve supplémentaire d’accès au planning pour les pigistes et de donner un petit sursis aux pigistes lésés par les changements de règles du jeu. Elle pense aussi augmenter le nombre de CDD du planning, même si ça réduit leurs possibilités de recrutement. Tout ça en continuant à ne pas les former aux nouveaux besoins.
 
En parant ainsi à l'urgence, la direction fait totalement fausse route. La seule solution, c'est d'embaucher. On ne peut pas laisser autant des postes permanents assumés par des journalistes en contrat « surcroît de travail temporaire ». Et il faut former les CDD du planning aux postes où il y a des chances de recrutement.
 
Le projet franceinfo: média global conduit à des plannings où la précarité représente 1/5e des effectifs. Cela ne peut plus durer. Et ce n’est pas ponctuel. Pour le prouver, suite aux dénégations de la direction, nous avons compilé les plannings de franceinfo: en distinguant les précaires et les titulaires. Nous tenons le document à la disposition de ceux qui souhaitent le consulter.
 

Le constat est flagrant

  • franceinfo: "utilise" en moyenne un peu moins de 20 CDD du planning différents par semaine, soit environ un quart de l'effectif global du planning.
  • A ce chiffre, il faut ajouter les CDD hors planning pour l’édition visuelle, le "community management" et l'édition de dépêches, soit 13 CDD par semaine et environ 11,5 ETP (Equivalent Temps Plein).
  • Donc pour fonctionner, franceinfo: a besoin, en moyenne, d'un peu plus de 15 ETP CDD du planning chaque semaine et 11 ETP CDD hors planning. Soit au total 26 ETP par semaine.
 
Trouvons vite des solutions. Recrutons sur les postes permanents. Arrêtons la précarité systématique dans nos rédactions. D'autant que quand franceinfo: se fait trop gourmande, ce sont toutes les autres rédactions de Radio France qui dégustent.


* le "Planning" ce sont environs 80 journalistes précaires qui travaillent en permanences pour les rédactions de Radio France, à Paris et en région, en CDD. 


18 Septembre 2017
Lu 1626 fois




Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv