Partager ce site







SNJ Radio France : RT @valeria_e: Les personnels de l'audiovisuel prônent une réforme radicale du Sénat https://t.co/HigEGp5wII
SNJ Radio France : .@matthieu_gallet Rapprochement de France 3 et France Bleu, nous sommes "local", ils sont "régional", nous sommes très différents #cceRF
SNJ Radio France : .@matthieu_gallet France 3 et France Bleu, attention à ceux qui peuvent avoir des idées de big bang #cceRF
SNJ Radio France : Le pdg Radio France explique qu’un travail sur une opération précise avec France 3 est possible, mais pas au delà #cceRF

Planning : quand la sélection vire à l'humiliation



Certes, il s’agit d’une erreur, mais certaines négligences portent davantage à conséquence que d'autres. Celle qui vient d'être commise touche des dizaines de nos collègues pigistes, publiquement humiliés.
 
Tout ça parce que le fichier des résultats de la sélection pour le planning* a été envoyé à tous les pigistes qui ont passé l’épreuve, avec non seulement les notes, mais aussi les commentaires de chacun des cadres du jury. Des commentaires qui n’étaient pas destinés à être rendus publics.
 
Et c’est comme ça que certains ont appris qu’on jugeait leur travail dans les termes suivants :
 
"Il s'écoute trop et raconte des conneries"
"Débit un peu désinvolte et limite poissonnière"
"Voici France Bleu Junior. C'est Tchoupi fait du journalisme"
"À une voix de vendeur de supermarché"
"Il faut peut-être se calmer sur les emphétamines" (sic)
"Voix de crécelle, voix nasillarde.... "
"Il serait pas mal en démonstrateur à Auchan ou DJ au Macumba"
Etc…
 
Des dizaines et des dizaines de personnes ont lu ces "appréciations". Comment retourner bosser après ça ? Comment garder un minimum de confiance en soi ? Comment repasser une nouvelle sélection ? Plusieurs pigistes sont laminés. Leurs collègues sont furieux.
Le responsable de tout cela s’est-il seulement excusé ?
 
En dehors  de cette fuite odieuse, la sélection à l'entrée au planning présente toujours aussi peu de garanties d'équité entre les candidats.
  • Pourquoi laisse-t-on les rédacteurs en chef noter leurs propres pigistes et anciens apprentis, puisque beaucoup n’arrivent pas être objectifs ?
  • Faut-il encore demander aux pigistes de présenter des papiers, alors qu’il n’y en a presque plus sur France Bleu, chaîne d’où viennent très majoritairement les candidats ? 
  • Le jury le note lui-même : selon les jours et les stations, l'actualité est plus ou moins porteuse. Alors pourquoi continuer à pénaliser les candidats "pas servis par l'actualité" ? Quel rapport cela a-t-il avec leur compétence en présentation ? Pourquoi s'assurer que chacun présente le concours à armes égales pour le web mais pas pour les journaux  ?
  • Pourquoi n’a-t-on toujours pas trouvé une façon de valoriser le sport et donc de permettre aux sportifs d’être sélectionnés aussi pour cette compétence ?
  • Est-ce bien logique de mettre dans le jury cinq rédacteurs en chef de nationale et trois de locale ?
  • Et comment est-ce possible que l’"entretien" qui nous avait été présenté comme une manière de préparer les futurs CDD aux recrutements à venir, soit devenu une épreuve notée ? Est-ce pour ajouter une dose supplémentaire de subjectivité et d’injustice à une sélection qui n’en manquait déjà pas ?
 
Une réforme du concours est indispensable et urgente.
 
 
le "Planning" ce sont environs 80 journalistes précaires qui travaillent en permanences pour les rédactions de Radio France, à Paris et en région, en CDD. L’accès se fait par concours organisé deux fois par an.
 
 

 


25 Septembre 2017
Lu 83115 fois




Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv