Facebook

Twitter

Mobile

Rss






SNJ Radio France : RT @alexisdelcambre: Les maux de @radiofrance diagnostiqués http://t.co/0IvB3f3Ln3
SNJ Radio France : Tulle - Bayonne. Quitte à raconter l'histoire, qu'elle soit vraie #micros-locales #Hollande @FranceBleu http://t.co/oonSkhT4ul
SNJ Radio France : RT @valeria_e: Papier marrant mais faux.Ou papier faux mais marrant. au choix https://t.co/yBlI6ZPaSF
SNJ Radio France : Plan de départs volontaires : les réponses de @fleurpellerin à @mathieu_gallet http://t.co/7R9AUTfBZO

Partager ce site



Nicolas Sarkozy bisse



Nicolas Sarkozy bisse
Interviewé par Emmanuel Berretta du Point, Nicolas Sarkozy a refait peu ou prou la même déclaration qu’à France Inter. En s’en prenant cette fois à France Info.

E. Berretta  Vous avez souhaité sortir de l'"hypocrisie" des nominations par le CSA en proposant plus directement la nomination des P-DG de l'audiovisuel public. Les effets pervers de la réforme ont jeté une suspicion permanente sur les directions de France Télévisions et de Radio France. Puisque l'audiovisuel public est le bien de tous, n'est-il pas temps de s'en remettre à un mode de désignation qui fasse consensus entre la droite et la gauche ?

N. Sarkozy J'ai souhaité la transparence, c'est tout. Le président de la République désigne le candidat soutenu par la tutelle. Il est ensuite proposé à l'approbation du Parlement et du CSA. Il reçoit ainsi l'aval de la représentation nationale et celui de l'autorité qui régule le secteur. C'est une procédure parfaitement démocratique. Quant au risque de suspicion que vous évoquez, permettez-moi de vous dire qu'il me paraît bien imaginaire. Lorsque je regarde les journaux télévisés de France 2 et de France 3 ou que j'écoute les antennes de Radio France, je n'ai pas l'impression d'un service public à ma dévotion. France Info a choisi comme slogan "Tous en campagne", c'est une très bonne formule, mais personne ne peut croire que cette radio d'information fait, aujourd'hui, campagne pour moi. Le patron d'une autre radio publique [Olivier Poivre d'Arvor, NDLR], entièrement financée par de l'argent public, a déclaré à plusieurs reprises qu'il appelait l'alternance de ses vœux. C'est du jamais-vu et cela n'a pas l'air de troubler outre mesure vos confrères*. Imaginez une seule seconde que le patron d'une chaîne publique, ou même un simple directeur d'antenne, ait publiquement annoncé qu'il soutiendrait le candidat Nicolas Sarkozy, ce serait un torrent d'indignation.



17 Mars 2012
Lu 1420 fois





Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv