Partager ce site







SNJ Radio France : "Halte au feu, Monsieur Fillon", un communiqué du @SNJ_national https://t.co/w8Jfjhj0Ql
SNJ Radio France : RT @SNJ_national: Total soutien aux journalistes et techniciens de @Europe1 et @RTLFrance pris pour cibles hier soir à #Bobigny href="https://t.c…" target="_blank" class="liens">https://t.c…
SNJ Radio France : RT @SDJRadioFrance: @radiofrance : la fin de l'indépendance ? Grâce au @csaudiovisuel le journaliste a un nouveau travail : statisticien ht…

NAO : pourquoi nous ne signerons pas



NAO : pourquoi nous ne signerons pas
La négociation annuelle obligatoire sur les salaires vient de s'achever. Et le SNJ ne signera pas, car cette année encore, la balance est presque vide.

Pas de hausse générale des salaires (après 0,3% seulement en 2009).

Pourtant, Tous les syndicats l’ont souligné, Radio France a les moyens et il existe bel et bien une cagnotte destinée à la conclusion de la convention collective qui vient d'être reportée de deux ans et demi.

Une prime versée uniquement cette année

Pourtant la direction a décidé que le mieux était de recourir aux primettes, comme Jean-Marie Cavada l’avait fait en son temps, lorsque la Tutelle lui refusait d’augmenter ses salariés. Serait-on dans le même cas de figure ?

En tout cas ce que Radio France veut bien distribuer cette année c’est une prime one shot de 250 euros brut. Elle est portée à 450 euros si le salaire annuel brut est inférieur à 34.620 € (ce qui exclut l'immense majorité des journalistes). Le versement interviendra sur la paye de septembre.

Quelques euros gagnés sur la mutuelle.

Radio France a décidé de participer de manière uniforme à la mutuelle obligatoire. Elle relève donc sa participation à 50% pour ceux qui n’avaient droit jusqu’ici qu’à 40%, (un gain compris entre 7 et 12 euros par mois selon la formule de votre mutuelle). *

Seule véritable bonne nouvelle, les barèmes de piges sont majorés de 3 % à compter du 1er juillet 2010.

Le chantage aux paritaires

Comme les autres syndicats, nous nous sommes battus pour le maintien du principe d’une augmentation générale des salaires. Sans être entendus.

Mais nous n’avons pas voulu suivre la proposition d’une des organisations syndicales qui voulait amputer la paritaire pour auto financer une mesure générale. Cette disposition a donc été prise pour les autres personnels, mais pas pour les journalistes.

Les raisons de notre refus sont simples :

- Contrairement aux autres salariés de Radio France, les journalistes n’ont pas d’automatismes garantis, ils ne peuvent compter que sur les CPS. Nous ne pouvons donc pas nous permettre de les amputer.

- L’an dernier déjà, la direction s’était déjà servie de l’argent de nos paritaires pour financer l’augmentation générale. Elle s’était engagée à ne pas recommencer.

- 0,3 % à partir du 1er mars ça ne fait malheureusement qu’une augmentation de 9 euros brut par mois pour un salaire de 3.000 euros.

- Enfin et surtout, dire à la Tutelle que désormais nous financerons nous même notre augmentation générale en coupant en deux nos paritaires nous parait la dernière chose à faire.






Outre le salaire proprement dit, la Négociation Annuelle Obligatoire traite également de sujets périphériques.

Les décisions suivantes ont été annoncées par la direction :


- Les tickets resto passent de 6,60 € à 7,00 € à compter du 1er septembre 2010 (la part employeur dans le financement restant fixée à 50%).

- Frais de repas pour les missions en métropole : la distinction « petites villes » et « grandes villes » est supprimée au profit de l’application du barème « grandes villes » pour la prise en charge forfaitaire, à compter du 1er septembre 2010.

- Même chose pour les frais d’hébergement sans justificatif.


9 Juillet 2010
Lu 2156 fois


Tags : NAO, primes, salaire



Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv