Partager ce site







SNJ Radio France : RT @valeria_e: Les personnels de l'audiovisuel prônent une réforme radicale du Sénat https://t.co/HigEGp5wII
SNJ Radio France : .@matthieu_gallet Rapprochement de France 3 et France Bleu, nous sommes "local", ils sont "régional", nous sommes très différents #cceRF
SNJ Radio France : .@matthieu_gallet France 3 et France Bleu, attention à ceux qui peuvent avoir des idées de big bang #cceRF
SNJ Radio France : Le pdg Radio France explique qu’un travail sur une opération précise avec France 3 est possible, mais pas au delà #cceRF

NAO : Malsain



Au cours de la dernière séance de négociation sur la NAO, c'est à dire sur le pouvoir d'achat, la Direction a fait un " effort ".


Sa proposition initiale était de 0,5% d'augmentation générale au 1er juillet (soit 0,25% en année pleine), ce qui était impossible.


Elle est donc arrivée à la réunion avec une réévaluation à 0,8%, ce qui était insoutenable en période d'inflation de 3,2%.


Elle est donc revenue, après interruption de séance, avec un nouveau chiffre : 1,1% à condition que les syndicats signent l'accord. Sans signature ce serait 0,8%.

 

Le SNJ ne signera pas.

 

1/ Cette manière de mettre le couteau sous la gorge est malsaine. Que compte acheter la Direction avec son 0,3% supplémentaire ? L'accord du SNJ sur un dossier qu'il dénonce ? Son blanc seing, et celui de tous les journalistes de Radio France pour 0,3%, soit 6 euros mensuels pour un salaire de 2000 euros ?

2/ Pour justifier cette "augmentation" dérisoire de 1,1% à partir de juillet, la Direction pratique l'empilement de ce qui n'est pas empilable : la mutuelle, les tickets restaurant, les paritaires, etc… C'est totalement malsain. Le
SNJ était prêt à tenir compte des efforts sur la Mutuelle, ou les tickets restaurants, donc à négocier, mais sur une base raisonnable. 1,1% d'augmentation générale ce n'est pas raisonnable. Dans ces conditions, signer c'est consacrer le principe de l'empilement, que nous combattons, et combattrons.


3/ Dans l'empilement, le plus grave est la comptabilisation des promotions paritaires, placées dans le même sac que l'augmentation générale.

L'augmentation générale est destinée à maintenir le pouvoir d'achat, donc à compenser (plus ou moins) l'inflation ; alors que les Paritaires sont un avancement. Une promotion en paritaires veut dire un gain en indices et en argent. Travailler mieux pour gagner plus.

Si les paritaires ne sont plus une occasion d'avancer, mais un système de compensation aléatoire pour maintenir son pouvoir d'achat en grimpant dans la hiérarchie, elles sont alors totalement dévoyées.

Ce système à une jambe créera une situation explosive, du même type que celle qui a conduit au grand blocage de 2003. Signer cette proposition reviendrait à entériner le dévoiement de la paritaire devenue un simple élément d'augmentation générale, et à créer les conditions d'un conflit majeur. En ne signant pas, nous laisserons cette responsabilité, et ce risque, à la seule Direction générale.

Tract_NAO_Malsain.doc Tract_NAO_Malsain.doc  (27.5 Ko)



28 Juin 2008
Lu 6096 fois





Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv