Partager ce site







SNJ Radio France : Si la direction des sports les aime, qu'elle dise à @radiofrance qu'il ne faut pas/plus piquer des postes aux local… https://t.co/YLuB4Fgnt1
SNJ Radio France : .@franceinter et @franceinfo sont les radios les plus écoutées dans le Rhône. Pourtant le PDG de @radiofrance veut… https://t.co/2V6WF5BNE0
SNJ Radio France : Le PDG de @radiofrance veut fermer le bureau @franceinter de Toulouse. A-t-il seulement regardé les résultats d'aud… https://t.co/PDHtgCxup4
SNJ Radio France : RT @SNJ_national: Ô Toulouse ! Le SNJ tiendra son 99e congrès annuel les 4, 5 et 6 octobre prochains sur les bords de la Garonne https://t.…

Lettre ouverte de la rédaction de France Bleu Toulouse



1er journal le 24 février 2011
1er journal le 24 février 2011
Cette lettre -signée par l'ensemble des journalistes de France Bleu Toulouse- a été adressée au PDG, au directeur de France Bleu et son adjoint.

_____________________________________________________________________________________________________

                                                                                                            Toulouse, le 24 septembre 2014


Il y a moins d’un an, en janvier 2014, nous, journalistes de France Bleu Toulouse avons su faire évoluer notre matinale, en y intégrant un rappel de titres toutes les 10 minutes.
 
Il y a quelques semaines, à la veille de la rentrée, nous avons entendu et compris la volonté de la direction de poursuivre les efforts entrepris pour faire progresser notre audience, presque 4 ans après l’ouverture de la radio.
Nous avons aussi entendu la nécessité d’adapter ces ambitions à nos moyens, notamment concernant le rendez-vous d’interactivité. Il a alors été admis qu’il se limiterait à permettre à nos auditeurs de faire part de leurs impressions sur les réseaux sociaux.
 
A Toulouse, 4ème ville de France, pour rappel, nous sommes 6 pour couvrir l’actualité de l’agglomération et du département de la Haute-Garonne (y compris quand l’actualité l’imposait dans des zones où nous ne sommes pas captés). Dans ces conditions, la mise en place d’un second poste de matinalier n’est mathématiquement possible que si l’on considère qu’un reporter peut, seul, assurer l’ensemble des reportages d’informations générales.
 
Et puis, il y a quelques jours, nous avons appris que nous allions, finalement, modifier notre fraîche nouvelle grille pour libérer un créneau pour la libre antenne, chaque matin, dès après les vacances de la Toussaint.
Cela impose une réorganisation des rendez-vous : la disparition du reportage de 2 minutes, du lundi au jeudi et du journal des sports, le vendredi et une réorganisation du planning : instauration d’un demi-matinalier qui assurera une partie des reportages ou des éditions de la journée.
 
Nous n’acceptons pas le sacrifice du reportage, fondement de notre métier et vecteur indispensable pour nouer une relation avec nos auditeurs présents et à venir.
Nous n’acceptons pas non plus de voir, inéluctablement, se réduire la qualité de notre travail.
 
Il y a moins d’un an, en janvier 2014, nous, journalistes de France Bleu Toulouse avons alerté la direction du réseau sur notre épuisement et la nécessité de renforcer notre effectif, pour mener à bien un travail qui nous tient à cœur.
9 mois plus tard, c’est la charge de travail qui est renforcée. Il nous paraît extrêmement ambitieux de penser que nous allons parvenir à faire à la fois plus et aussi bien avec un effectif toujours insuffisant.
 



24 Septembre 2014
Lu 1217 fois





Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv