Partager ce site







SNJ Radio France : Les nuisances des open spaces bien connues des personnels en région cc @francebleu https://t.co/l3r4ie4kMD
SNJ Radio France : RT @valeria_e: Les personnels de l'audiovisuel prônent une réforme radicale du Sénat https://t.co/HigEGp5wII
SNJ Radio France : .@matthieu_gallet Rapprochement de France 3 et France Bleu, nous sommes "local", ils sont "régional", nous sommes très différents #cceRF
SNJ Radio France : .@matthieu_gallet France 3 et France Bleu, attention à ceux qui peuvent avoir des idées de big bang #cceRF

La question du jour : la ligne éditoriale de France Bleu national, ça vous choque ?



Document sans nom

La question du jour

la ligne éditoriale de France Bleu national, ça vous choque ?

(appelez au 0810 055 056…)

 


En contradiction totale avec les préconisations de Bleu, à Natio c’est jusqu’à huit sujets différents pour neuf cases entre 6h30 et 8h30. Rares sont les sujets doublés à 6h30 et 7h30. La ligne Bleu est très souvent illisible et n’est que trop rarement le reflet de l’actualité dominante. Difficile pour les matinaliers des locales "de teaser" des choix éditoriaux critiquables. La recherche permanente de la "petite" histoire, ou du traitement très décalé d’une vraie actualité, dessert au final l’information de qualité. 


Et au milieu de la matinale coule la question du jour !

 

Que dire de la question du jour qui, dans de très nombreuses locales, ne fait pas réagir les auditeurs ; la question du jour avec ses innombrables relances dans le vide qui démoralisent les équipes. Là encore, Bleu Natio se distingue : à Paris ce n’est pas une mais trois questions du jour, trop souvent affligeantes, qui sont proposées aux auditeurs. Et quand ils veulent bien nous appeler, c’est parfois pour tenir des propos totalement inexacts à l’antenne, qu’il est interdit, dans certaines locales, de corriger, car – explique la direction – « c’est l’auditeur qui le dit », sans parler de la parole ouverte à l’extrémisme et au poujadisme.


Doubler c’est parfois gâcher

 

Quant à la double matinale, si elle se justifie dans de rares locales, elle n’aurait pas dû être généralisée : c’est trop lourd pour les équipes réduites et surtout le volume d’info locale ne justifie pas de déshabiller le reportage pour enrichir la matinale d’une voix supplémentaire. Et que dire de l’effet répétitif des titres, jusqu’à cinq fois par heure. Nous aimerions que le prochain « groupe bleu », dont la date n’est toujours pas communiquée, nous explique comment les locales pourront se débrouiller pour remplacer les deux matinaliers un pour un, continuer de faire du reportage, faire du multimédia avec 15% de budget de remplacement en moins.


Quelle est donc la priorité de France Bleu ?

 




27 Janvier 2016
Lu 1221 fois




Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv