Partager ce site







SNJ Radio France : Si la direction des sports les aime, qu'elle dise à @radiofrance qu'il ne faut pas/plus piquer des postes aux local… https://t.co/YLuB4Fgnt1
SNJ Radio France : .@franceinter et @franceinfo sont les radios les plus écoutées dans le Rhône. Pourtant le PDG de @radiofrance veut… https://t.co/2V6WF5BNE0
SNJ Radio France : Le PDG de @radiofrance veut fermer le bureau @franceinter de Toulouse. A-t-il seulement regardé les résultats d'aud… https://t.co/PDHtgCxup4
SNJ Radio France : RT @SNJ_national: Ô Toulouse ! Le SNJ tiendra son 99e congrès annuel les 4, 5 et 6 octobre prochains sur les bords de la Garonne https://t.…

La Paritaire 2009



La paritaire la plus rapide de l’histoire des CPS s’est terminée jeudi soir avec 144 mesures au compteur.

La Paritaire 2009
Une paritaire express, parce que sur beaucoup de cas les propositions de la direction et des organisations syndicales se rejoignaient, notamment sur les promos en « Journaliste Spécialisé ». Pas étonnant, lorsque l’on s’obstine à embaucher « Rédacteur-reporter » des journalistes avec 4 ou 5 ans d’ancienneté...

Un premier bilan montre que si le nombre d’augmentations n’est pas en hausse d’un point de vue numérique, il y a augmentation du nombre de points distribués (+ 10%).
Remarquez, avec la cagnotte que la Direction a mis à gauche en limitant la rétroactivité à juillet au lieu de janvier, il y aurait eu de quoi les doubler de vison vos promos.

Rayon bonnes nouvelles, signalons un vrai mieux coté parité hommes-femmes.

Une remarque. On n’en peut plus des « Mes Salar »... Nous les découvrons tous les ans au moment où nous recevons le matériel pour préparer la CPS. Ces petits arrangements entre amis qui débouchent sur des augmentations hors paritaire pudiquement appelés « mesures salariales », rendent illisibles certains tableaux de carrière et provoquent un traitement injuste et opaque des carrières.

A noter coté radios, Ile de France 107.1 et Tête de réseau, des stations installées à Paris, mais dont les promos sont données au train de sénateur que la Direction réserve généralement aux Locales. Pourtant on avait bien cru comprendre qu’à Paris les journalistes bénéficiaient de promotions plus rapides, dues au coût prohibitif de la vie dans la capitale.

France Culture connaît un nombre stable de mesures. Mais quand des promos ne sont pas données de bon cœur, il n’est pas sûr qu’elles fassent autant plaisir.

On attend toujours que les promotions montrent une réelle reconnaissance de la mobilité. Patrice Papet parle depuis longtemps de mesures spécifiques. Nous n’avons toujours rien vu venir.

Au riche rayon des promesses non tenues, notons également la négociation « prise en compte de heures de nuit et de la prime du petit matin » pour ceux qui abandonnent la matinale ou la nuit. Ainsi que la négociation « critères d’embauche » pour régler enfin le problème de la reconnaissance de l’ancienneté à Radio France et à l’extérieur.

Sur tous ces sujets, la réponse de Patrice Papet est « on aurait bien aimé régler ça avant, mais maintenant on va l’intégrer dans la négociation de la nouvelle Convention Collective ».

Une Convention qui prévoira –ou pas- la poursuite de l’organisation des CPS annuelles et leur forme. Comme aujourd’hui, ou réduite à une chambre d’enregistrement des décisions de la Direction.

Patrice Papet a déclaré en conclusion des la Paritaire combien il avait apprécié la qualité des échanges durant ces quatre jours et les arguments mise en avant par les syndicats pour défendre leurs camarades.

Nous voulons y voir un signe positif. Si ce ne devait pas être le cas, nous saurions nous rappeler au bon souvenir de la Direction...

 

La Paritaire en chiffres

144 mesures (contre 143 l'an passé) dont 7 pour des rédacteurs en chef (2 en locale et 5 à Paris). Les autres rédacteurs en chef peuvent espérer bénéficier du repositionnement qui interviendra pour eux à partir du 1er janvier).
  • 76 mesures pour les journalistes de locales, 61 pour les rédactions parisiennes.
  • 58% des mesures pour les journalistes hommes (qui représentent 60% de l'effectif des quelque 700 journalistes) et 42% à des femmes.
  • La délégation la mieux lotie : Sud-Méditerranée avec 14 promotions, devant Bourgogne-Rhône-Alpes et Sud-Ouest (12 promotions chacune).
  • La délégation la moins bien lotie: Nord avec 7 promotions.
  • Les rédactions de France Bleu Pays de Savoie et Breizh Izel décrochent 4 promotions.
  • Tours est la seule locale sans aucune promotion.
  • La rédaction de France Inter décroche 22 promotions, celle de France Info 18, de France Culture 6, du Mouv' 2.
  • 296 065 points ont été attribués (contre 266 000 la précédente paritaire). A 1,476610 euro le point, faites le calcul vous-même.
  • 46 mesures pécuniaires, autant en locale qu'à Paris (dont 7 à 7,5% qui bénéficient à 2 journalistes des locales et 5 à des rédactions parisiennes)
  • 96 mesures sont effectives au 1er juillet 2009 (on vous le répète : cette année les promotions 2009 débutent au milieu de l'année) et 48 au 1er janvier 2010.
 

Enfin un effort pour les rédacteurs-reporters

La Paritaire 2009
La direction a enfin compris après des années de combat ! Elle a promu cette année plus de rédacteurs reporters que par le passé.

16 journalistes étaient proposés sur sa liste remise aux organisations syndicales le premier jour de la paritaire. 6 promotions supplémentaires ont été obtenues. Cela fait donc 22 promotions en Journaliste Spécialisé sur 45 rédacteurs reporters au tableau des carrières. Autrement dit la moitié. Nous nous en félicitons !

Un bémol toutefois. La direction continue à s’obstiner à embaucher en Rédacteur Reporter des journalistes avec une ancienneté considérable à cause des années passées sur le planning.
 

Touche pas à ma liste

La Paritaire 2009
Pourquoi certains Délégués régionaux tripatouillent-ils les demandes de vos directions ?

Tel journaliste présenté en N°1 par sa red chef –donc certain d’avoir une promotion-, se retrouve d’un coup en N°3, c’est à dire avec autant de chances de promo que de gros lot à l’Euromillions.

Les délégués, dont la plupart ne sont pas journalistes, pourraient-ils respecter le choix de leurs équipes ?

Les promos en Locales sont déjà un concours d’obstacle (plaire à son red chef, à son directeur, respecter l’équilibre dans la Locale, dans la région, ne pas faire partie des locales black-listées de l’année, etc), on ne veut pas que s’y ajoute, en plus, l’humeur du Délégué.

Si nous devions à nouveau constater cette dérive, nous serions dans l’obligation de demander des explications publiques aux Délégués eux-mêmes.
 

CPS au guichet ou au mérite ?

La Paritaire 2009
Cette année on a encore trop souvent entendu la direction dire « oui, tout ce que vous dites est vrai, mais ce n’est pas le choix de sa direction ».

Qu’est-ce que nous disions de vrai ? Que pour tel ou tel journaliste l’année avait été exceptionnelle. L’un s’est totalement réinvesti, l’autre a sorti des affaires, le troisième a vu ses matinales saluées par son équipe et les auditeurs, l’autre a réussi une année sportive exceptionnelle, etc.

Pour tous ceux là, une promotion paraissait évidente et pourtant ... ils n’étaient pas le choix de leur direction qui trop souvent utilise les CPS comme un guichet où tout le monde passe, à son tour. Il suffit pour ça d’être bien gentil et patient.

Or la commission paritaire ce n’est justement pas ça. Si tout le monde a vocation à être promu –on a vu de longues années sans mesure générale malgré une très forte inflation et où celui qui n’était pas promu voyait son niveau de vie baisser-. Si tout le monde donc a vocation à être promu, ce n’est pas pour cela que les promos doivent intervenir à la même vitesse pour tous.

La direction d’ailleurs pourrait réapprendre à se servir des pécuniaires qui à une certaine époque servaient justement à ça, à signaler les performances et les années exceptionnelles, sans pour cela retarder une future fonctionnelle. On appelle ça le « coup de chapeau ».
 

Vite dit...

La Paritaire 2009
Argument imparable : « Si elle ne figure pas dans les priorités de sa direction, c’est qu’elle n’est pas prioritaire »

La vraie vie des vrais gens : « Ce ne sont pas les signaux que vous lui envoyez qui vont faire les courses chez Carrefour »

Aveu : « Ne quittez pas la salle, vous m’apaisez »

Mauvaise foi : « Les gens heureux n’ont pas d’histoire »

Tentative d’explication : « Vous nous parlez argent, on vous parle de radio »

Copyright : « Il est tellement bon reporter qu’il ferait parler une borne.
 

Le premier GR4 de Locale est une femme

La Paritaire 2009
Depuis le 1er janvier 2008, Radio France comptait dans ces rangs 2 GR4. Deux parisiens, deux hommes ! Un grand classique du genre.

Au cours de cette CPS 2009, France Bleu a su être plus créatif que les antennes nationales, en faisant d’une femme le premier GR4 du réseau. Anne Gromaire de France Bleu Provence, 28 ans de maison, est RER à Arles depuis une quinzaine d’années mais elle fait aussi régulièrement le bonheur des stations voisines, Nîmes, Avignon et même jusqu’à Montpellier.

Une autre première pour les locales : la nomination du premier GR3 adjoint. C’est Marie-Pierre Erguy, de France Bleu Pays Basque.

Bravo à toutes les deux ! Quand la constance, l’envie et le talent sont récompensées…
 

Nouveau concept : la promotion sanction

La Paritaire 2009
Il y a de rares promotions qui n'en sont pas. Qui signifient « je ne t’aime pas, je dois tout de même te donner une promo, ça me fait mal et ça va te faire mal aussi ».

Donner une pécuniaire à un journaliste de talent – en début de grille - qui n’a pas été promu ces 6 dernières années et qui plus est sur 2010, est un geste qui nous a laissés songeurs...

Soit sa direction considère qu'il mérite une promotion et l'assume jusqu'au bout, soit il ne la mérite pas et il n'est pas proposé.
 

Soyez créatifs

La Paritaire 2009
Les directeurs de chaînes ont-ils reçu un kit de la courtoisie et de l'élégance ? « Nous sommes d’accord avec tout ce que vous dites, mais l’enveloppe budgétaire ne nous permet pas d’accorder cette promo ». On ne compte plus le nombre de fois où les directeurs ont prononcé cette phrase quand nous défendions les qualités d'un journaliste. Ca ne fait de mal à personne ! C'est tellement plus facile.

A l'occasion, on dissimule les éventuels reproches que l'on aurait pu dire sur l'intéressé(e) et on évite de faire des vagues. Sinon il faudrait gérer derrière !

Et d’ailleurs quand des critiques sont émises sur le travail d’un journaliste, c’est que bien souvent on compte sur les syndicats pour transmettre le message. Courageux, non ?
 

La pécuniaire ne tue pas, ou presque

La Paritaire 2009
Sans doute... et personne n’imagine cracher sur 5% d’augmentation de salaire (plus rarement 7,5%). Pourtant une PP peut blesser.

On a le droit d'être attaché au symbole que représente une promotion fonctionnelle plus qu'à l'argent ! Parce que derrière une fonction, on peut voir LA reconnaissance du travail accompli, de son investissement.

Entre une PP ou attendre encore un an, certains n’auraient pas hésité.

Par ailleurs, il serait assez judicieux pour nos directeurs d’intégrer définitivement qu'une pécuniaire de 5% peut être "gommée" dans l'année qui suit par l'ancienneté entreprise.

Est-ce si difficile à comprendre ou tentent-ils le coup dans l’espoir que nous n’y voyions que du feu ?
 

C'est allé plus vite

La Paritaire 2009
La paritaire devait durer 5 jours. Elle s'est terminée jeudi soir, un jour plus tôt que prévu, à la surprise générale ! Finalement, est-ce si étonnant ? Il y avait pour la première fois cette année une convergence entre les propositions de promotion des organisations syndicales et celles de la direction. Nous n'avons pas eu à nous battre sur les cas qui nous semblaient évidents. Ils étaient aussi évidents pour la direction... tant mieux !

Lors des précédentes paritaires, nous passions énormément de temps sur les rédacteurs reporters que la Direction nommait JS au compte goutte. Revirement de situation cette année

On ajoutera que cette paritaire s'est déroulée dans une atmosphère plus sereine que d'habitude. Les seuls regrets que nous avons c'est de ne pas avoir obtenu certaines promotions qui nous semblaient incontournables.
 

Directeurs

La Paritaire 2009
La paritaire devait durer 5 jours. Elle s'est terminée jeudi soir, un jour plus tôt que prévu, à la surprise générale ! Finalement, est-ce si étonnant ? Il y avait pour la première fois cette année une convergence entre les propositions de promotion des organisations syndicales et celles de la direction. Nous n'avons pas eu à nous battre sur les cas qui nous semblaient évidents. Ils étaient aussi évidents pour la direction... tant mieux !

Lors des précédentes paritaires, nous passions énormément de temps sur les rédacteurs reporters que la Direction nommait JS au compte goutte. Revirement de situation cette année

On ajoutera que cette paritaire s'est déroulée dans une atmosphère plus sereine que d'habitude. Les seuls regrets que nous avons c'est de ne pas avoir obtenu certaines promotions qui nous semblaient incontournables.
 

Nouvelle grille

La Paritaire 2009
Une nouvelle grille va entrer en vigueur le 1er janvier 2010.

Cette grille, fruit de la grève de 2004, va donner de l’air à nos carrières à moyen et long terme avec de nouvelles fonctions.

Elle va créer un « filet de sauvetage » avec de nouveaux automatismes d’ancienneté (12 à 17 ans, 17 à 25, + 25 ans).

Et à court terme elle a mis du beurre dans nos épinards avec des versements mensuels, depuis 3 ans, qui ont augmenté notre salaire et donc fait progresser notre indice.

80% au moins des journalistes ont déjà rejoint –parfois dépassé- les nouveaux minima indiciaires. Ceux pour lesquels ce ne serait pas le cas, bénéficieront d’un ajustement financier.

Pour les rédacteurs en chef de Locale et de Nationale, un repositionnement sur les nouveaux échelons sera effectué par la DRH.

Une réunion avec les organisations syndicales se tiendra à la mi-décembre.
 

Félicitations à France Inter

La Paritaire 2009
La station réussit cette année la performance de perdre à nouveau un poste et de gagner de nouveaux red chef pour afficher désormais 30 rédacteurs en chef au compteur, pour 103 journalistes !

Attention, ce n’est pas une coquille, bien 30 rédacteurs en chef soit 30% de l’effectif...
 

Pourquoi faut-il une Paritaire l'an prochain ?

La Paritaire 2009
La direction veut remettre en cause la paritaire telle qu’elle existe aujourd’hui. Nous voulons la maintenir parce que :

La paritaire, c’est le seul moment où l’on peut défendre les qualités des journalistes devant l’ensemble des directeurs des chaînes : France Info, France Culture/Musique, France Inter, le Mouv, France Bleu et le SGI.

La Paritaire c’est la possibilité de défendre les journalistes dont les qualités sont indéniables et qui pourtant sont oubliés par leur direction. C’est pouvoir dire les injustices et se battre pour les réparer. C’est vérifier qu’il n’y a pas de déséquilibre entre la province et Paris, d’une radio à l’autre.

La Paritaire, c’est le moment où l’on peut faire remonter ce qui se passe dans les rédactions nationales et dans les Radios locales de France Bleu, évoquer les tensions, les problèmes qui appellent une réponse de la DRH. Parler des relations entre les rédactions des locales et les chaînes nationales, évoquer des problèmes financiers, de sous effectif, etc.
 



29 Novembre 2009
Lu 1385 fois




Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv