Partager ce site







SNJ Radio France : Si la direction des sports les aime, qu'elle dise à @radiofrance qu'il ne faut pas/plus piquer des postes aux local… https://t.co/YLuB4Fgnt1
SNJ Radio France : .@franceinter et @franceinfo sont les radios les plus écoutées dans le Rhône. Pourtant le PDG de @radiofrance veut… https://t.co/2V6WF5BNE0
SNJ Radio France : Le PDG de @radiofrance veut fermer le bureau @franceinter de Toulouse. A-t-il seulement regardé les résultats d'aud… https://t.co/PDHtgCxup4
SNJ Radio France : RT @SNJ_national: Ô Toulouse ! Le SNJ tiendra son 99e congrès annuel les 4, 5 et 6 octobre prochains sur les bords de la Garonne https://t.…

Grève, le point



Grève, le point
Peu de grévistes dans les rédactions nationales, beaucoup en région.
Quelques chiffres… Pas de matinale et peu d'antenne dans la journée à Orléans : 80% des journalistes en grève. Pas de matinale non plus à Metz où un tiers des journalistes titulaire a cessé le travail. France Bleu Basse Normandie affiche 100% de journalistes en grève et pas d'antenne de la journée. Poitiers n’a pas non plus diffusé de matinale : 40% des titulaires protestent contre les risque sur l’emploi à Radio France. Ils sont 60% à Isère. À Périgueux et Chambéry une matinale, mais pas infos. 100% de grévistes à Auxerre, Bastia, Besançon, etc...
 
À France Bleu Pays Basque, où la majorité des salariés, tous services confondus, a cessé le travail, le personnel rappelle, dans un communiqué, que  « pèse sur Radio France la menace d’une réduction drastique des effectifs sur l’ensemble des entités de Radio France » et que cela va avoir des répercussions sur «  la mission de France Bleu Pays basque […] première radio du Pays Basque depuis 15 ans ». 
 
Et c’est bien là le paradoxe. Les radios de Radio France ne se sont jamais aussi bien portées, certaines ont même battu leurs records d’audience. C'est le moment que choisit le gouvernement pour demander à l’entreprise de résoudre, par un plan social, des difficultés budgétaires causées par ce même gouvernement. Un plan pour diminuer la masse salariale de 300 à 400 personnes. Des postes évidemment non remplacés.
 
Si toutes les autres pistes d’économies continuent d’être refusées par les Tutelles, Radio France va au-devant de très graves difficultés. Le PDG doit s'expliquer.
 



12 Mars 2015
Lu 1573 fois





Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv