Partager ce site







SNJ Radio France : @erenault @Figaro_Economie Ne confondez-vous pas nouvelle convention collective pour les personnels technico-admini… https://t.co/LocNjlKRPB
SNJ Radio France : RT @Anne_Orenstein: On peut aussi relire ce papier sur Philippe Chaffanjon mort il y a 4 ans et pleurer sur France Bleu. https://t.co/Yl7Du…
SNJ Radio France : RT @achass: Ce soir les résultats #Presidentielle2017 ne seront malheureusement pas sur francebleu.fr. La raison c'est qu'il n'y a pas de b…
SNJ Radio France : Présidentielle : France Bleu/France 3, ce n'est pas un partenariat, c'est une... https://t.co/4yZp7urPJo https://t.co/SirBbTl1Gk

France Info : silence on coule ?



France Info : silence on coule ?
France Info traverse une crise sans précédent, une nouvelle fois cruellement soulignée dans les sondages. Cette crise n’a rien de subit. Elle ressemble à une hémorragie ancienne.
Une crise qui dure, qui s’amplifie, et devant laquelle on se croise les bras.

Le SNJ refuse par principe toute idée de règlement de compte, il a retenu ses commentaires depuis de nombreux mois, mais il n’est plus temps de se taire
La perspective, évoquée par le Président Cluzel, de lancer une étude afin d’envisager des solutions à la rentrée nous parait déphasée. Il faut rectifier le tir sans tarder.

Depuis le début de ce qui ressemble à un déclin, France Info a sacrifié le reportage au profit du talk-show et les opérations froides au détriment de l’actu.
Cette perte d’identité s’est accompagnée d’une perte de rigueur au nom d’une prétendue convivialité.
France Info, qui fut la première radio nationale il y a seulement cinq ans peut-elle mettre à l'antenne des jeunes confrères qui n'ont jamais présenté de journaux ?
Une radio d'information continue doit elle privilégier les invités en studio au détriment des reportages sur le terrain ?
Cette radio, unique en son genre, doit-elle copier les généralistes en perdant à la fois son âme et son identité ?

Oui, les journalistes de France Info ont le droit de se poser de telles questions.
Non, se poser de telles questions ne revient pas à réclamer des têtes mais à placer les responsables devant leurs responsabilités
Oui, le Président de Radio France a le devoir de les entendre, d’urgence, avant que le désamour des auditeurs se ne transforme en divorce irrémédiable.


24 Janvier 2007
Lu 4455 fois





Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv