Partager ce site







SNJ Radio France : @radiofrance @franceinfo Les qualités de Bruce Toussaint ne sont pas en cause, mais n'oublions pas les qualités des… https://t.co/Qhfg0fTeAi
SNJ Radio France : .@radiofrance cède une fois de plus au "vu à la TV" et recrute Bruce Toussaint pour la matinale de @franceinfo. 1/2
SNJ Radio France : Respect pour les pigistes du #reseauSpartacus qui ont "suspendu leur collab" ce week-end à RFI car pas intégrés aux futurs accords de FMM
SNJ Radio France : @fbleuchampagne La clim @fbleuchampagne est en panne. Dans plusieurs locales le changement de prestataire pose prob… https://t.co/W719uwZ4uH

Convention collective : l’autre monde



Convention collective : l’autre monde
La direction a annoncé ce soir, lundi 7 février, que la négociation était terminée et que le texte était à signature. Un texte qui contient encore bien trop de reculs pour que nous puissions le parapher. La direction le sait, toutes les organisations syndicales lui ont demandé de laisser encore une chance à la négociation, mais Christian Mettot n’a rien voulu entendre.

Pour le contenu du texte, tout le monde peut consulter le TEXTO envoyé par la DRH alors que la réunion était toujours en cours…

> Comme le dit si élégamment la direction, « La nouvelle grille ne comporte plus d’automatismes de progression de carrière mais elle intègre une bonne partie de ceux existant jusqu’alors ». Bonne partie, ça veut dire que vous devez faire une croix sur 5% par an durant les 25 premières années de votre carrière...
L’augmentation des indices et de la prime d’ancienneté n’arrive pas à combler le manque à gagner généré par la perte des automatismes intégrés à la grille actuelle (+10% à 3 ans, 5% à 5 ans et 3% à 8 et 12 ans).
Remarquez l’exemple de la direction... Le rédacteur-reporter 2 ans d’ancienneté, est le seul qui y gagne. C’est surement un hasard si la direction a choisi justement ce cas de figure... Car l’année suivante il perd 727 euros. A 5 ans d'ancienneté 2500 euros sont perdus et ainsi de suite !

> La direction vous annonce la création d’une « commission de suivi des carrières » mais ne vous explique pas ce qu’elle veut vous enlever en supprimant la « commission paritaire ». La différence est pourtant de taille.
A la paritaire nous sommes vos avocats, nous présentons vos demandes de promotion fonctionnelle et de pécuniaire. Nous argumentons sur les carrières escargot, sur les nombreux scandales. Nous présentons des dossiers de journalistes, quand ceux-ci « oublient » de le faire ou sous-estiment leurs mérites. Nous demandons des coups de chapeau quand vous avez eu une année exceptionnelle.
Tout ça c’est fini selon la DRH.
Vous avez été promu cette année ? Quelque soit la promo que vous avez reçu, quelque soit votre carrière passée ou vos exploits à venir, personne n’aura le droit de parler en votre faveur avant la « commission de suivi » de 2015 !
Pour Christian Mettot, votre chef a toujours raison.
S’il ne vous aime pas et ne vous donne pas de promos, c’est tant-pis pour vous.
Si d’autres sont « plus prioritaires » que vous, encore une fois, c’est tant-pis pour vous.
Si votre chef aurait bien voulu vous promouvoir mais le délégué régional a dit non, c’est tant-pis pour vous.

Nous ne pouvons pas imaginer qu’un texte qu’on nous avait promis « mieux » que l’actuel, contienne tant de moins et qu’on doive l’accepter « parce que ça aurait pu être encore pire ».
Jean-Luc Hees avait annoncé que jamais il ne « grignoterait nos acquis ». Il en est même à grignoter notre salaire.



8 Février 2011
Lu 1125 fois





Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv