Partager ce site







SNJ Radio France : Si la direction des sports les aime, qu'elle dise à @radiofrance qu'il ne faut pas/plus piquer des postes aux local… https://t.co/YLuB4Fgnt1
SNJ Radio France : .@franceinter et @franceinfo sont les radios les plus écoutées dans le Rhône. Pourtant le PDG de @radiofrance veut… https://t.co/2V6WF5BNE0
SNJ Radio France : Le PDG de @radiofrance veut fermer le bureau @franceinter de Toulouse. A-t-il seulement regardé les résultats d'aud… https://t.co/PDHtgCxup4
SNJ Radio France : RT @SNJ_national: Ô Toulouse ! Le SNJ tiendra son 99e congrès annuel les 4, 5 et 6 octobre prochains sur les bords de la Garonne https://t.…

Convention Collective : de mal en pis



Convention Collective : de mal en pis
Christian Mettot vient de nous expliquer enfin la philosophie exacte de son projet.

Aujourd’hui votre salaire est composé d’une part « fixe ». C’est la grille que vous connaissez avec ses automatismes.
Et d’une part « variable », ce sont les promos éventuelles et l’augmentation générale si elle a lieu.

Pour résumer : aujourd’hui vous pouvez totalement compter sur votre grille. Le reste tient de la chance, de votre directeur, et des envies de la Tutelle qui a voulu que nous vivions 10 ans sans augmentation générale.

Le projet affirmé et assumé par la direction c’est donc de voler une partie de ce sur quoi vous pouvez compter : une partie de votre salaire à venir, une partie de votre grille !

Le cynisme de la direction va jusqu’à prétendre que ce qu’on va vous supprimer (les 18% d’augmentation garantis sur les 8 premières années de carrière) sera rendu à certains sous la forme de promotions plus fréquentes !!!

Concernant la transparence, Christian Mettot affirme que jamais les niveaux des promotions ne seront communiqués. Evidemment de peur de mouvements sociaux.

Comment accepteriez-vous que tel « ami » de la direction soit promu, comme vous, mais du double !
Comment pourriez-vous accepter de vous retrouver avec des micro-promos mais sans que les syndicats soient autorisés à plaider votre cas ?

Chaque minute de cette négociation est une douleur : nous ne nous battons pas pour obtenir davantage, simplement pour tenter de perdre le moins possible.



31 Janvier 2011
Lu 1337 fois





Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv