Partager ce site







SNJ Radio France : Avec un bar "concédé" a une entreprise extérieure ça nous étonnerait :) https://t.co/latkBWxw2f
SNJ Radio France : Fin de ce petit #cceRF d'une seule journée. Merci de nous avoir suivis. Rdv en avril donc https://t.co/kmRTOuuN7d
SNJ Radio France : Les élus demandent un #cceRF extraordinaire en avril sur la nouvelle politique de @francebleu

Commission de suivi : ce qu’il faut en retenir



Commission de suivi : ce qu’il faut en retenir
Pour la 3ème année consécutive, les journalistes sont privés de Commission paritaire, contrairement aux PTA.
 
Les organisations syndicales représentatives chez les journalistes ont donc fait le choix d’organiser des réunions avec les directeurs des différentes rédactions, afin de défendre, comme avant, les cas individuels des journalistes, quelle que soit la date de leur dernière promotion. Ces réunions sont en cours. Nous vous en rendrons compte.
La direction a annoncé les promotions le 6 décembre.
 
Les syndicats ont tout de même participé à la première journée de la « commission de suivi », car il est primordial de conserver la possibilité d’évoquer les problèmes rencontrés durant l’année dans les différentes radios, stations, ainsi que les questions transversales, et ceci avec la DRH et tous les directeurs de rédactions.
 
Beaucoup de sujets ont été abordés au cours de la journée. Parmi ceux-là :
 
Recrutements
Le SNJ dénonce les recrutements sans consultation de ces derniers mois et l’absence totale de toute règle. Un CDI est-il prioritaire ? Un CDD est-il obligé de dire oui quelle que soit la ville qu’on lui propose/impose ? Guy Durieux reconnaît qu’ « il n’y a pas de règles » ... Il considère qu’il est normal de faire faire un test de niveau web aux journalistes qui postulent pour un poste nouveaux médias (même lorsqu’on connaît déjà leurs capacités) puisque  « ce n’est pas un concours pour détecter les meilleurs ».
 
Radio France et les femmes
Tous les responsables participant à la réunion étant des hommes, pas besoin de présenter le sujet. La main sur le cœur, Guy Durieux jure qu’il n’y a pas de différences de salaire entre hommes et femmes. Des études statistiques le prouvent, dit-il, graphiques à l’appui. Donc le SNJ met à la disposition de la direction tous les comptes-rendus des paritaires d’avant 2006, c'est-à-dire de toutes les années où des promotions étaient refusées aux femmes au motif d’un temps partiel « signe d’une moindre motivation » nous disait-on à l’époque ou parce que la journaliste avait été « absente » pour cause de congé maternité. Cinq mesures vont tout de même être distribuées à des journalistes femmes qui ont un retard de carrière.
Côté encadrement, pas de projets. Juste un soupçon de volontarisme sur le réseau Bleu, Claude Bruillot rappelle qu’il a recruté deux rédactrices en chef. Pour combien de rédacteurs en chef ?
 
CDD
Le SNJ a demandé qu’à l’occasion du départ à la retraite de Guy Durieux en avril, le pôle journalistes CDI et CDD soit formé de trois personnes au lieu de deux. Il y a bien trop de travail aujourd’hui pour Guy Durieux et Catherine Charvet. De plus, lorsqu’une seule personne s’occupe de tous les dossiers, la personnalisation complique la situation.
Concernant le nombre d’entrées au planning cette année, il est moins important que celui de l’année dernière pour tenir compte de la baisse de 8% du budget CDD, explique Guy Durieux : 21 entrées en 2013, contre 32 en 2012. Le Secrétaire général précise qu’une dizaine de recrutements est prévue dans les prochains mois.
 
Matinaliers et présentateurs à Paris et en région.
> A Paris, comment quitter une tranche très exposée alors que le turn-over dans les rédactions est presque inexistant et les propositions peu nombreuses. Pour le SNJ, de la même manière qu’on envisage le retour des ESP plusieurs mois avant la fin de leur contrat, on doit réfléchir en amont, avec les présentateurs, aux postes qu’ils souhaitent occuper et qui sont susceptibles de se libérer.
> En région, il faut mettre en place des incitations fortes en termes de prime et/ou de temps de travail pour que les matinaliers restent en poste, ou inciter des journalistes qui le souhaitent à reprendre des matinales.
> Pour tous, Radio France doit réévaluer le tarif de la prime du petit matin et revoir totalement ses barèmes en matière d’aide à la garde d’enfants pour les journalistes qui travaillent en décalé.
 
Le Mouv
Jean-Luc Hees avait souhaité prendre l’engagement que les journalistes du Mouv qui ne se reconnaitraient pas dans le nouveau projet, pourraient changer de rédaction. Malgré cela, la DRH fait la sourde oreille et la station tente de défendre un projet aussi vague dans sa forme que préoccupant sur le fond, à base d’ « information positive », de pop-culture et d’informatique. Le tout sur le web et ensuite re-linearisé pour l’antenne.
Pour une fois l’affaire est simple : soit la direction décide de ne tenir aucun compte des engagements du Président. Soit elle mute les journalistes qui en ont fait la demande. Point.
 
France Info
Pour Pierre-Marie Christin, « un média qui n’aura pas une offre globale comportant de la vidéo va disparaître ». Pour lui, « une offre vidéo enrichie devient statutaire ». Une mission d’exploration, de recherche de moyens et de propositions a été confiée à Frédéric Wittner. Le fait qu’Europe 1 n’a pas progressé en faisant du streaming ou que filmer un présentateur qui diffuse des reportages ou des extérieurs n’a aucun intérêt, ne sont pas des arguments recevables. Pas plus que notre crainte que cela soit une raison supplémentaire d’avoir plus d’invités que de reportages sur l’antenne.
« D’ailleurs il n’y a pas moins de reportages ou d’info sur l’antenne de France Info puisqu’il y a des journaux toutes les demi-heures », explique le directeur de France Info... …
Où est le projet éditorial ? Hormis la vidéo, nous n'avons pas plus de précisions...
 
France Inter
Le budget reportage de la station est stable, « on fait attention… on a fait des économies sur les voyages de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault » explique Matthieu Aron qui est maintenant certain que le financement de la « tournée européenne » de France Inter sera bientôt assuré via les aides européennes…
Le directeur de la rédaction n’était pas au courant de la partie de l’opération Delerm, consistant à demander au chanteur de commenter l’actualité directement dans les articles des journalistes du site. Comme si on « agrafait » à chaque papier diffusé à l’antenne, un commentaire. Comme si on réinventait le « Buzzer » défunt en quelque sorte.
Pourquoi aller chercher à l’extérieur (Dupont-Monod, Encel, etc ), alors que les talents existent en interne, n’a pas trouvé de réponse.
 
DNM
Il y a actuellement cinq journalistes à la Direction des Nouveaux Médias –un nouveau recrutement a eu lieu il y a quelques jours-, plus un journaliste pour RF8 (la nouvelle plateforme musicale).
Le travail de ces journalistes, c’est « la mise en place de projets éditoriaux pour et avec les chaines » explique Xavier Meunier. La DNM a également « un rôle auprès des équipes techniques et de marketing et participe à la refonte des homes des sites et des appli ».
 
France Bleu
Dès janvier, ou au pire en septembre, les locales doivent mettre en place des aménagements de la matinale qui vont rendre encore plus difficile le travail des présentateurs. Notamment de nouveaux titres à 10, 20, 40, 50. S’ajoutant au reste, ils rendront quasi obligatoire d’avoir écrit tous les journaux et rappels avant le 6h. Comment lire la presse ou passer des coups de fil pour vérifier une information ? « Entre 7h20 et 7h40 il y a du temps » répond Claude Bruillot selon lequel les rédacteurs en chef n’ont fait « remonter » aucun problème concernant la matinale actuelle ou future. Au contraire, explique-t-il, certains ont même « insisté » pour mettre en place, dès lundi, la nouvelle organisation… Où est l’urgence de ces changements au vu des derniers scores d’audience ? Parce que « ça peut marcher encore mieux », répond le chef de l’info Bleu. C’est sûrement pour ça que certaines locales veulent changer également les matinaliers.
 
Interactivité
Elle sera obligatoire en septembre, ou si c’est possible dès janvier. « Le métier du journaliste à l’antenne qui pilote l’interactivité, est valorisé » explique Claude Bruillot qui répond que c’est faux de dire que dans certaines régions les auditeurs n’appellent jamais ou qu’ailleurs ce sont toujours les mêmes au bout du fil. Il est faux également -bien que démontré preuves en main- de prétendre que l’on incite à faire réagir les auditeurs, dans certaines stations, avec des questions volontairement polémiques, comme celles liées au FN et à l’immigration, avec les résultats qu’on imagine.
Au vu des dérapages sur les pages Facebook des stations, Concileo qui modère déjà les sites internet, va s’occuper également du réseau social pour les commentaires qui tombent sous le coup de la loi. Premières stations concernées : Metz, Aix et Natio.
 
Locales
Les problèmes de certaines stations ont été évoqués.
 
Adjoints
Le SNJ demande une négociation depuis deux ans sur le sujet. La DRH et la direction de Bleu vont se concerter. Enfin !
 
Langues régionales
Corse : Radio France s’est engagée dans un processus de formation de journalistes corsophones avec l’ESJ Montpellier, l’université de Corse, France 3, Corse Matin, une télévision locale et bien sûr RCFM. Après plusieurs sélections, les apprentis choisis effectueront un parcours qui les amènera également dans les autres locales et en nationale.
Basque : une journaliste bilingue a été retenue. Lorsqu’elle n’est pas en contrat à Bayonne, elle travaillera dans les autres locales de Bleu.
Bretagne : Radio France souhaite mettre en place un système du type de celui qui a été instauré en Corse, mais pour l’instant il n’y a pas de candidats.

Nouveaux Médias
Tous les syndicats ont rappelé l’urgence d’un accord (possible uniquement après les nouvelles élections CE et DP de janvier à Paris). Tous dénoncent le chantage que certains cadres de France Bleu ont tenté : un smartphone contre un engagement à contribuer… Un téléphone, c’est juste un outil de travail dont disposent depuis toujours les reporters des nationales.
Le SNJ a demandé à Claude Bruillot comment il imagine instaurer les nouveaux médias alors que Claude Perrier ajoute du travail aux locales. Pas de réponse.
Le travail des journalistes web régionaux a également été évoqué, ainsi que le manque de véhicules de reportage, de formation, parfois de coopération de la DNM.


30 Novembre 2013
Lu 701 fois





Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv