Partager ce site







SNJ Radio France : Trois locales (@Bleu_Bearn @BleuAlsace @francebleuazur) ... trois embauches https://t.co/SFs5Hk2mVf
SNJ Radio France : Et c'est comme ça qu'on apprends aux @Assises2017 ce qu'on n'arrive pas à savoir à @radiofrance https://t.co/gzKELpXV0R
SNJ Radio France : La phase du jour, de la semaine du mois.... "certes les budgets sont en baisse constante, mais justement les audiences montent".... #AAARG
SNJ Radio France : RT @SNJ_national: Le SNJ en force aux #Assises2017 du #journalisme à Tours https://t.co/iCxi3wr3Sg

Bonnes vacances



Bonnes vacances
Les journalistes de Radio France ont reçu, avec leur fiche de salaire, une note amusante à propos de leurs congés. Cette note comminatoire leur donne ordre de prendre leurs vacances dans un délai très court, sous peine de devoir y renoncer.

Sans doute la direction ne sait-elle pas que si les journalistes collectionnent les reliquats, c’est parce que l’organisation du travail interdit souvent de prendre ses congés.

Les services politiques devaient-ils se reposer pendant les présidentielles et les législatives ? Les journalistes des Locales devront-ils aller au ski pendant les municipales ? Les journalistes sportifs iront-ils en vacances à Pékin pendant le mondial de rugby, et se mettront-ils au vert en France pendant les Jeux Olympiques ?

Donc, de deux choses l’une.

Ou bien la Direction en prend conscience, et elle engage, calmement, des négociations pour trouver des solutions convenables. Le SNJ n’est fermé à aucune discussion, ni sur ce sujet ni sur un autre.
Ou bien elle persiste à nier la réalité, et le SNJ fera en sorte de la remettre sur la table. Attendez vous à une opération « Trimestre blanc ».

De quoi s’agira-t-il ?

Le SNJ, discipliné, obéira à l’injonction de la Direction Générale. Il relaiera sa demande, en invitant l’ensemble des journalistes à déposer, à une date donnée, l’ensemble de ses reliquats. Tous ensemble !

Soit les Directions des chaînes et des stations accepteront ces absences, et les radios s’arrêteront.
Soit les mêmes Directions locales les refuseront, par écrit comme d’habitude, et entre la note comminatoire de la DRH, et le refus des chaînes, la justice, s’il le faut, pourra faire le tri.

Reste quand même une troisième solution : se rencontrer. Les reliquats existent, ils sont notre propriété, en application de la loi et des conventions collectives, nous n’y renoncerons pas.
Ils posent problème ? Nous sommes prêts à en parler, en aucun cas à nous laisser voler.


5 Juillet 2007
Lu 4510 fois





Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv