Partager ce site







SNJ Radio France : Avec un bar "concédé" a une entreprise extérieure ça nous étonnerait :) https://t.co/latkBWxw2f
SNJ Radio France : Fin de ce petit #cceRF d'une seule journée. Merci de nous avoir suivis. Rdv en avril donc https://t.co/kmRTOuuN7d
SNJ Radio France : Les élus demandent un #cceRF extraordinaire en avril sur la nouvelle politique de @francebleu

Augmentation générale : Horreur, on a gagné !



Augmentation générale : Horreur, on a gagné !
En juin, les journalistes ont touché 88% d’un quatorzième mois.

En septembre ils recevront un rappel correspondant à 0,5% de leur salaire sur 13 mois (pour un salaire de 2.000 euros cela fera environ 130 euros). Et en juin prochain, puis tous les ans à cette période, ils toucheront un 14ème mois plein. Quant au barème de piges, il sera augmenté de 2%.


C’est le résultat de l’augmentation générale de 2007 telle qu’elle résulte de la négociation salariale annuelle, et l’aboutissement de la longue grève de janvier-février 2004.
Or Pour le SJA-FO, ce 14ème mois est un trompe l’œil !

Décidément ce syndicat déroute ! Il attaque ses confrères au lieu de les défendre, comme récemment à France Inter, et s’en prend maintenant aux autres syndicats à propos des bénéfices du NIS ! Il explique dans un tract que cet acquis des journalistes constitue « un principe dangereux », qui pourrait provoquer « un nouveau conflit salarial à Radio France » !

Que veut le SJA ? Qu’à l’heure de l’argent décomplexé, les journalistes aillent planquer leur quatorzième mois en Suisse ?

Pendant toute la durée du plus long conflit jamais connu à Radio France, l’un des éminents représentants du SJA-FO battait l’estrade en assemblée générale, puis courrait dans les couloirs en expliquant aux grévistes qu’ils « allaient dans le mur ».

Il se trouve que le mur est un matelas, et que ce matelas équivaut à un quatorzième mois. Du coup le SJA s’angoisse à l’idée que cette victoire collective puisse être attribuée au SNJ !
Qu’il se rassure. Le SNJ n’a fait que participer, aux côtés de tous les autres. Les syndicats ne sont rien par eux-mêmes. Ils sont des outils, pas des patrons.

Cette polémique serait plaisante si elle n’était pas triste. Les journalistes détestent que leurs représentants perdent leur temps à mesurer leurs attributs.

Pour ramener l’harmonie, le SNJ souligne à tout hasard qu’il ne remettra pas en cause la prochaine grille des carrières, très positive, sous prétexte qu’on la doive en partie à l’action en justice initiée par le SJA-FO !

Et même, puisqu’il faut être unitaire pour deux, nous dirons publiquement Merci au SJA, en chantant en son honneur ce refrain populaire :
« Il est des nôtres !
Il a encaissé son quatorzième mois comme les au-autres ! »


29 Juin 2007
Lu 4199 fois





Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv