Partager ce site







SNJ Radio France : Si la direction des sports les aime, qu'elle dise à @radiofrance qu'il ne faut pas/plus piquer des postes aux local… https://t.co/YLuB4Fgnt1
SNJ Radio France : .@franceinter et @franceinfo sont les radios les plus écoutées dans le Rhône. Pourtant le PDG de @radiofrance veut… https://t.co/2V6WF5BNE0
SNJ Radio France : Le PDG de @radiofrance veut fermer le bureau @franceinter de Toulouse. A-t-il seulement regardé les résultats d'aud… https://t.co/PDHtgCxup4
SNJ Radio France : RT @SNJ_national: Ô Toulouse ! Le SNJ tiendra son 99e congrès annuel les 4, 5 et 6 octobre prochains sur les bords de la Garonne https://t.…

Après l’AG



Après l’AG
Les trois organisations syndicales représentant les journalistes ont invité mercredi 17 décembre les membres des rédactions nationales à une assemblée générale, pour faire un point sur les problèmes que connaît la Maison, mais aussi et surtout pour évoquer les répercussions sur les journalistes.
 
On peut parler d’angoisse et de colère ressentie chez beaucoup.
 
Le trou de 20 millions d’euros dans le budget 2015 reste dans toutes les têtes et les explications du PDG se sont faites attendre puisque son mail aux salariés est arrivé quinze minutes avant l’AG et huit jours après son interview dans le Monde.
 
Surtout, la question était celle des « restructurations » envisagées par Mathieu Gallet, et là les trois organisations syndicales n’ont pas pu répondre, puisque la seule chose que nous savons, c’est que le PDG veut que les solutions ne concernent pas une seule catégorie de salariés, un seul métier, un seul lieu, mais tout le monde.
 
L’hypothèse d’un plan social,  Mathieu Gallet ne l’exclut pas par choix, mais parce qu’il ne dispose pas de l’argent nécessaire. La fusion des rédactions n’est pas à l’ordre du jour, dit-il, mais pendant ce temps là, la fusion du service des sports - refusée par les journalistes des rédactions nationales - se met en place, prélude à celle d’autres services à commencer par la Culture. Loin d’être un fantasme, c’est ce que Frédéric Schlésinger dit à qui veut bien l’entendre.
 
La situation des journalistes se complique par l’absence d’accord collectif depuis 2011 et par le choix de la direction de ne pas vouloir se remettre à la table des négociations avec les journalistes, ni sur l’avenant, ni sur aucun autre sujet, de peur de « fâcher » les syndicats de PTA avec lesquels elle négocie un accord depuis… 2009 ( !) et cette situation inacceptable pourrait durer jusqu’au moins à l’été, ce que nous ne pouvons imaginer et qui doit trouver une solution au plus vite.
 
Nous sommes vraiment les dindons de la farce et ça ne peut plus durer.
Les journalistes présents en AG n’entendent pas rester les bras croisés, ces prochains mois, à regarder les expérimentations de la direction de Radio France, ou celles de la tutelle. 
 
La volonté de mobilisation des journalistes de Radio France s'est clairement exprimée. Rendez-vous a été pris pour une assemblée générale en janvier. D’ici là, il y aura la réunion sur les sports où nous porterons la parole des journalistes de ce service et la vôtre.

Nous aurons également à communiquer en direction de la Tutelle et plus globalement de l’État responsable de la situation dans laquelle se trouve Radio France.


20 Décembre 2014
Lu 720 fois





Radio France | France Inter | France Info | Culture & Musique | France Bleu | Le Mouv